FORUM 2004

 

30.12.04

 

J’ai 30 ans et je souffre depuis plusieurs années des genoux. Depuis quelques semaines la douleur s'est fortement accentuée, m'obligeant à rester  au repos un maximum. J'ai passé une arthrographie et un arthroscanner, dont voici le protocole :

 

" La ponction du genou n'a pas ramené de liquide. On n'observe pas de lésion méniscale et les cartilages des compartiments fémoro-tibiaux sont normaux. Il existe, par contre, d'importantes ulcérations du cartilage rotulien avec une destruction pratiquement complète de sa partie centrale et même un peu du versant externe et du versant interne. Ceci est à mettre en rapport avec une certaine dysplasie fémoro-patellaire. Les contours des ligaments latéraux et des ligaments croisés sont normaux."

 

L'orthopédiste que j'ai consulté me dit qu'il n'y a pas grand chose à faire.

 Pouvez-vous me dire s'il n'existe pas un traitement adapté à mon problème et quel orthopédiste je pourrais consulter en Belgique ?

Merci

 

V.D. Leval-Trahegnies

 

Réponse de Y.X. – EUROKINE.BE

 

Tout d’abord, voyez ci-dessous les consignes de ménagement articulaire et l’intérêt du port d’une genouillère adaptée (par exemple ‘genutrain’) que vous pouvez porter durant toutes vos activités.

Il existe différents types d’interventions chirurgicales de réaxation et de stabilisation de la rotule, mais il s’agit d’une chirurgie assez lourde dont les indications doivent être bien posées et n’être effectuée qu’après un bon traitement kinésithérapique conservateur consistant en électrothérapie anti-inflammatoire, libération des structures rétractées, réharmonisation de la musculature du genou et surtout renforcement musculaire du vaste médial interne (par exercices isométriques associés à de l’électrostimulation). Voir également le protocole de Mc Connel.

Nous ne pouvons vous conseiller l’un ou l’autre chirurgien orthopédiste. Demandez conseil à votre médecin traitant.

Références : Yves Xhardez – Vade-mecum de Kinésithérapie et de Rééducation fonctionnelle – 5e édition 2002- Ed. Maloine (Paris) et Prodim (Bruxelles) pp. 358-361

 

Réponse de J.C.

 

Il existe également une technique de « recolonisation » cartilagineuse qui consiste à prélever des carottes de cartilage sur des zones saines des condyles et à les remettre sur la face postérieure de la rotule.

 

 

 

 

10.12.04

 

Moniteur de tennis 40 ans

Diagnostic : dysplasie fémoro-patellaire, instabilité fémoro-patellaire et chondropathie  rotulienne grade 3 aux deux genoux.

Opéré de la T.T.A. aux deux genoux.

Les douleurs sont toujours présentes.

Est il raisonnable de continuer à donner des cours de tennis (avec des douleurs) ?

Merci.

C.D. Maule (France)

Réponse de Y.X. – EUROKINE.BE

 

Oui mais avec prudence et en respectant le mieux possible des consignes de ménagement articulaire (éviter les flexions profondes des genoux et mouvements contre résistance, type musculation). Le port d’une genouillère adaptée (avec un évidement central évitant la compression de la rotule et si possible un anneau stabilisateur) est indispensable durant le sport.

Qu’en pensent les visiteurs de Forum ?

 

 

01.10.2004

J'ai 48 ans et je souffre de chondropathie rotulienne depuis 2 ans environ. J'ai su depuis peu le nom de ma "maladie" car personne n'avait pu l'identifier auparavant.

Je voudrais en savoir plus sur cette maladie.

Je voudrais savoir également si les infiltrations sont efficaces ???  Quelles sortes d'infiltrations ?? à faire avant une opération ???

Quels sont les mouvements à éviter ou à faire dans le quotidien ???

Quel sport puis je faire ou ne pas faire ??

Le port de genouillère soulage-t- il ??

Une opération à long terme est elle inévitable ?? avec quelles chances de succès et quelles conséquences ??

Quel spécialiste ou médecin peut m'aider dans ma guérison ?? Sachant que je suis en France sur Lyon, auriez vous des adresses?

Voilà, je suis pleine d'interrogations sur ce problème .. merci pour votre aide.

 

Balakian

 

Réponse de Y.X.        

           

En résumé, une chondropathie rotulienne est une souffrance du cartilage recouvrant la face interne de la rotule qui peut se diviser en plusieurs stades  depuis une simple inflammation cartilagineuse jusqu'à une destruction partielle ou totale du cartilage.         

Personnellement je déconseille formellement les infiltrations qui ne sont qu'une emplâtre sur une jambe de bois... et qui peuvent même accélérer le processus. 

Mouvements à faire: tous mouvements sans résistance et dans un degré de flexion modérée. Le vélo est bon mais sans résistance (donc sur le plat, pas de côtes) et avec une selle haute.       

Mouvements à éviter absolument: tous mouvements de flexion profonde des genoux (accroupissements) et avec résistance (par exemple s'accroupir et se relever avec une charge...        

Sport: marche et jogging sur terrain non accidenté, golf (voir supra). Pas de sports de contacts ou demandant des flexions profondes des genoux.

Une genouillère peut soulager mais il faut qu'elle comporte un évidement central évitant la compression de la rotule et si possible un anneau stabilisateur.          

 La chirurgie peut être stabilisatrice (si défaut d'axe), décompressive ou de toilette cartilagineuse. Chez les sujets jeunes et lorsque la dégradation est d'origine traumatique on peut envisager une technique de greffe cartilagineuse. De toute façon cette chirurgie ne peut être envisagée qu'après mûre réflexion et surtout traitement conservateur kinésithérapique correct (s'il y a déséquilibre patellaire, techniques de Mc Connel ++). 

Lyon possède une excellente équipe de chirurgie orthopédique pour le genou (Centre hospitalier Lyon Sud -Equipe de Dejour?)         

 

 

 

11.08.2004

HET GEZONDHEIDSMAGAZINE STELT OSTEOPATHIE IN VRAAG BIJ SPORTERS !!!

Heel wat sporters zweren nog alleen bij osteopathie, want dat zou de enige methode zijn die hen van hun gewrichtspijn kan afhelpen. De medische wereld is echter meestal veel sceptischer !

►Verder lezen door hier te klikken ◄

Stuur uw reacties naar info@eurokine.be

 

 

17.07.2004

Je suis étudiant en 2ème Lic. en Kinésithérapie.

Je recherches des informations portant sur l'évolution de la prise en charge des patients IMC (évolution des causes, des caractéristiques, des traitements, des appareillages...)

 

BOCACCIO Nicolas

Woluwedal 12, bte 19 - 1932 Sint-Stevens-Woluwe

0476/248.128 - e-mail: fa517710@skynet.be

 

17.07.2004

J'ai 27 ans et je soufre d'une perte de cartilage sur la face interne de la rotule à la suite d'un traumatisme, cette perte de cartilage provoque une douleur localisée et conséquente à 35° de flexion.

Des infiltrations d'acide hyaluronique (ADAM) ont déjà été réalisées mais sans succès.

Pouvez-vous me donner votre avis sur ce que je pourrais envisager ?

Un tout grand merci.

P.L.

 

Réponse de Y.X.

 

Votre cas (sujet jeune, traumatisme) semble être une excellente indication pour une reconstruction par greffe de cartilage (mosaic plasty). Ces techniques semblent donner actuellement de bons résultats, la rééducation étant cependant longue et surtout prudente. Demandez l'avis de votre chirurgien orthopédiste.

Voir également sur ce forum d'EUROKINE.BE la question de D. Herage et ma réponse à celle-ci.

 

21.05.2004

J'ai, plusieurs fois, déjà eu la surprise de mieux soulager des patients souffrant de chondropathie rotulienne en faisant un traitement de mobilisation passive sous compression. J'ai été très surpris, alors que j'ai toujours pensé, comme mes professeurs me l'avaient appris, qu'il fallait diminuer la pression sur la rotule et la recentrer en travaillant le vaste interne. Quelqu'un pourrait éclairer ma lanterne?

Désiré Herage

 

REPONSE

 

Il est bien connu, mais peut-être un peu oublié, que des alternances de pression et de décompression stimulent la nutrition du cartilage et sont favorables à la souplesse de la capsule articulaire [1].

Déjà au début des années 80, R. Sohier en avait fait la démonstration pour la hanche en proposant le « FR Système » [2] et 10 ans plus tard J.P. Camus et M. Thumerelle ont étudié l’action de l’arthrocame, mis au point par J.P. Camus, et de la kinésithérapie  hypropressive séquentielle [3, 4, 5].

Les mobilisations passives réalisées par D. Herage ne sont certainement pas continues et il y a donc certainement alternance de pression (la mobilisation sous compression) et de décompression (lorsque le thérapeute arrête sa mobilisation).

Il y a donc variation de pression et stimulation de la nutrition du cartilage douloureux. Il est dommage qu’à ma connaissance aucune étude scientifique sérieuse n’ait été faite à ce sujet. Personnellement, j’ai pratiqué longtemps les mobilisations avec l’arthrocame (surtout pour le genou et la hanche) et les résultats ont toujours été très satisfaisants et parfois même étonnants.

 

Yves XHARDEZ

 

Références :

[1] SALTER RB et al. The biological of CPM on the healing to full thickness defects in articular cartilage. J. Bone Joint Sur 1980; 8: 1252-1.

[2] SOHIER R. Justifications fondamentales de la réharmonisation biomécanique des lésions « dites ostéopathiques » des articulation. Kiné Sciences Ed., La Louvière, 1982.

[3] CAMUS J.P. La kinésithérapie hypopressive séquentielle et le genou. Kinésithér. Scient.,1990, 291, 19-21.

[4] CAMUS J.P. La kinésithérapie séquentielle et l’arhrocame. Kinésithér. Scient., 1994, 338, 24-28.

[5] THUMERELLE M., CAMUS J.P. Thérapie hypopressive séquentielle et arthrose. Ann. Kinésithér., 1989, 16, 409-412.

 

 

05.05.2004

QUESTION

Je suis actuellement en 1ère S en France, et j'aimerais plus tard poursuivre des études de kiné en Belgique. Mais j'aurais aimé savoir si le diplôme acquis en Belgique était équivalent à celui acquis en France. En clair, j'aimerais savoir si en ayant fait mes études en Belgique je pourrais trouver du travail en France. Aurais-je les même chances ?

Et pourriez-vous aussi m'éclairer sur le numerus clausus, je n'ai pas très bien compris en quoi cela consiste.

C.B.

 

REPONSE

Dans le cadre de l’Europe, vu l’équivalence des diplômes et la libre circulation des professions dans la Communauté Européenne, le diplôme belge vaut le diplôme français.

La seule condition est d’obtenir l’agrément du Ministre de la Santé Publique Belge.

Formalité simple et sans contrainte.

Le numerus clausus s’adresse aux personnes qui, ayant obtenu l’agrément cité plus haut, veulent travailler en Belgique dans le cadre de l’INAMI (c’est-à-dire dans le cadre des remboursements de l’Assurance Maladie Invalidité), et là, il y a limitation (numerus clausus) à 180 francophones (270 néerlandophones) par année, ces chiffres étant variables suivant un calcul savant de report d’une année sur l’autre durant le 3 ou 4 années suivant 2005.

 

 

20.02.2004

Le Statut Social... enfin!

 

Mais naturellement, les Kinésithérapeutes se distinguent à nouveau par leur manque d'unité et... d'équité de la part de leurs représentants. Un exemple: les Kinésithérapeutes prestant en K n'y ont pas droit! Que je sache, la qualité de leur travail n'est pas moindre que la qualité des soins attestés en M.

Alors, oubliés ou "lâchés"?

 

Une telle ségrégation apparaît inacceptable  Et je m'étonne du peu de solidarité et d'action concrète jusqu'à présent.

 

Une suggestion?

 

Prof.JL CROISIER

University of Liege (Belgium)

 

De la part de "EUROKINE.BE" : que peuvent répondre les associations professionnelles?

Vanwege "EUROKINE.BE" : wat zijn de antwoorden van de beroepsverenigingen ?

 

 

 

23.02.2004

BRIEF VAN AKB

 

Aan de Heer Minister R. Demotte

Aan de voorzitter en de leden van de conventiecommissie

Kinesitherapeuten -Verzekeringsinstellingen

Aan de voorzitter en de leden van het Verzekeringscomité

 

Zaventem, 28/01/04

 

Betreft: Sociaal Statuut kinesitherapeuten.

 

Geachte,

 

In 1968 waren de kinesitherapeuten samen met de apothekers medestichters van de voorzorgskas. Om onbegrijpelijke redenen werden de kinesitherapeuten destijds uitgesloten tot het bekomen van dit Sociaal Statuut.

Na 35 jaar vechten kan onze beroepsgroep, in 2003, eindelijk starten met deze sociale tegemoetkoming.

Wij zijn minister R.Demotte dan ook uiterst dankbaar  dat hij de belofte van zijn voorganger, de heer Fr. Vandenbroucke , voor de kinesitherapeuten gerealiseerd heeft.

 

Na deze start zijn wensen wij vanuit AKB dit gegeven te verfijnen.

Daarom vestigen wij graag uw aandacht op volgende twee punten:

 

v     In het basisprincipe werd onmiddellijk bepaald dat de Riziv- bijdrage voor de kinesitherapeuten geleidelijk zou evolueren naar het bedrag van de andere zorgverstrekkers. Indien we ervan uitgaan dat de term “geleidelijk “gelijk zou zijn aan 5 jaar, dan is dit een verhoging van het basisbedrag met 300 euro per rechthebbende per jaar. Dit is een realistische benadering om binnen deze aanvaardbare termijn tot een gelijkschakeling te komen met de tandartsen en apothekers. Wij kiezen hier bewust nog niet voor het hogere bedrag van de artsen. Indien het beleid echter een gelijkschakeling met deze laatste wenst tot stand te brengen zeggen we uiteraard niet neen.

v     Binnen de het huidige KB over dit onderwerp is 1 van de criteria dat de prestaties geleverd moeten worden binnen de M-nomenclatuur. Dit principe geeft echter problemen: Vb. Twee collegae die in het ziekenhuis werken: de eerste werkt onder de M-nomenclatuur: deze krijgt de Riziv bijdrage, de tweede doet hetzelfde werk binnen de ziekteverzekering maar onder de K – nomenclatuur (fysiotherapie) krijgt helemaal niets. Hetzelfde principe is er van toepassing voor bedienden in RVT en hun collegae  AKB stelt daarom een wetswijziging voor die het criterium “werkzaam binnen hoofdstuk 7 van de nomenclatuur”zou vervangen door de term “ werkzaam binnen KB 78”. ”. Bij de andere zorgsectoren die reeds in aanmerking kwamen voor het sociaal statuut is eenzelfde uitbreiding van dit principe ook toegelaten.

Budgettair heeft dit geen grote impact en het vermijdt een procedureslag over het gelijkheidsprincipe

 

AKB is altijd bereid, indien gewenst, deze vragen bij u toe te lichten .

 

Gelieve onze blijken van hoogachting te aanvaarden,

 

Voor AKB

D. Despiegelaere

 

 

01.03.2004

 

Lettre envoyée par

Service de kinésithérapie - Revalidation Neurologique - CHU Brugmann

Place Van Gehuchten, 4 - 1020 Bruxelles

 

à Monsieur R. Demotte - Ministre des Affaires Sociales

Avenue des Arts, 7 - 1210 Bruxelles

 

PAR RECOMMANDE

Bruxelles, le 9 février 2004

Objet : Modification de l’A.R. du 23/01/04 du Statut Social kiné – principe d’égalité

 

Monsieur le Ministre,

 

Dans le cadre de l’ A.R. du 23 janvier 2004 paru au Moniteur le 31janvier 2004, une des conditions, pour l’octroi d’avantages sociaux aux kinésithérapeutes, est d’avoir dispensé des prestations relevant de l’article 7 de la nomenclature M.

Vous n’êtes pas sans savoir que les prestations, lorsqu’elles sont effectuées par des kinésithérapeutes, que ce soit en M ou en K (article 22 ?), sont de même nature mais que, pour des raisons, entre autres, de pluridisciplinarité, la codification doit s’effectuer en K.

 

Dans notre registre des prestations, depuis le 1er janvier 2003, doivent être inscrites toutes les prestations effectuées en ce y compris celles relevant de la nomenclature M et celles relevant de la nomenclature K.

Malgré cela, aucune contribution de l’INAMI, semble-t-il, ne sera attribuée aux kinésithérapeutes remplissant tous les autres critères mais travaillant sous nomenclature K; ce qui nous semble discriminatoire.

 

Vu l’extrême urgence de la situation, nous nous permettons de vous contacter personnellement afin de vous demander d’amender le critère « prestations relevant de l’article 7 de la nomenclature » pour, au moins, les kinésithérapeutes des centres de rééducation  où une activité de type pluridisciplinaire les amène à prester sous la nomenclature K.

 

Ci-joint, vous trouverez un exemple de dossier à établir pour l’obtention du remboursement en K.

Comme vous pouvez le constater, il est indispensable, par exemple pour un K60, de comporter 2 disciplines et 3 techniques.

 

Il est également repris dans les textes de l’INAMI que : « L’équipe pluridisciplinaire doit comporter au moins un médecin, un kinésithérapeute et un ergothérapeute qui effectuent au moins trois des techniques énumérées dans le libellé.» Et à l’article 23 § 6, le dernier alinéa dit : « Les honoraires pour les prestations …558843 ne peuvent être cumulées avec les honoraires pour les prestations de la nomenclature de kinésithérapie. »

 

C’est pour toutes ces raisons, qui nous semblent légitimes, que nous fondons l’espoir de vous voir corriger cet A.R. dans le sens d’un élargissement aux kinésithérapeutes prestant sous la nomenclature K.

 

En espérant une réponse positive de votre part, nous vous présentons, Monsieur le Ministre, nos salutations distinguées.

 

J.-M. Alexandre, Kinésithérapeute                                                     

E. Biltiau, Kinésithérapeute

S. Honnay, Kinésithérapeute

J. Mignolet, Kinésithérapeute - Chef de service

 

 

01.03.04

Une proposition faite par Eric Biltiau serait que l'on puisse, pour 2003, attester dans la déclaration sur l'honneur 'X prestations en M ou en K', ce qui permettrait peut-être de ne pas modifier l'A.R

 

 

01.03.04

Question de Paul Thiry: "ne serait-ce pas parce que c'est le budget de la kiné qui finance le statut social?"

Réponse de Miet Mertens (AKB): "Le statut social n'est pas payé par le budget des kinésithérapeutes. Cette somme vient du budget général de l'INAMI".