FORUM 2006

 

28.10.2006

 

Bonjour,

 

Je souffre d'un syndrome rotulien bilatéral pour cause de dysplasie femoro-atellaire(trochlée presque plate).
J'ai 27 ans  et je suis professeur d'Eps.

J'ai pratiqué la course à pied intensément : 5 entrainements par semaine.

Mais depuis une randonnée en Corse(GR20) en juillet 2005, les douleurs sont présentes avec des crises plus ou moins aigues.

J'ai fait 40 séances de kiné (renforcement isométrique du vaste interne + ischio-jambiers + étirements + ultrasons): échec

J'ai fait une arthroscopie du genou gauche en juin 2006 pour enlever une plica interne qui serait peut être pathologique: et bien ce n 'est pas le cas, car après une reprise progressive du sport, les douleurs sont revenues...

J'élabore donc toutes les pistes avant de me résoudre à arrêter définitivement la course à pied: je voulais savoir si pour une dysplasie femoro-patellaire, une rééducation sur appareil iscocinétique(type byodex, ou cybex) est efficace?

 

Pouvez-vous également me donner d'autres pistes?

Merci

 

L.C. France

 

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Pour l'intérêt de l'isocinétisme voici la réponse du Prof. J.-L. Croisier de U.Lg.

 

En ce qui concerne l'isocinétisme:

-en test: si la douleur autorise la réalisation de l'évaluation (impliquant des contractions maximales), les mesures permettent la mise en évidence d'insuffisances quadricipitales, mais aussi parfois des IJ (ratios IJ/Q réduits)! Dans d'autres cas la fonction musculaire quantitative paraît normale. Ces observations objectives contribuent à orienter le traitement rééducatif.

-en rééducation: réalisation d'un renforcement spécifique en cas d'insuffisance (objectivée par le test), en adaptant éventuellement les secteurs articulaires afin d'éviter les passages douloureux... et en association à la rééducation classique! L'exercice excentrique sous-max est parfois appliqué également.

Donc, isocinétisme... oui mais pas n'importe comment!

 

Personnellement, je vous conseillerais également pendant la course et le sport, le port d'une genouillère avec anneau central stabilisateur type "genutrain". Observez également une hygiène articulaire évitant au maximum tous efforts en flexion des genoux (voir diverses réponses dans notre rubrique FORUM).

Y. X.

 

28.10.2006

 

Bonjour,


Je suis étudiante en kiné et je suis à  la recherche d'un sujet de travaux de fin d'études, ayant pour thème l'obstétrique. Auriez-vous quelques pistes pour affiner mes recherches?

M.K. (France)

 

Réponse de EUROKINE.BE

Sur notre site EUROKINE.BE vous pouvez trouver dans la rubrique "mémoires" la liste des mémoires publiés ces dernières années dans certaines de nos Hautes Ecoles et Universités (en Belgique).
Les visiteurs de notre site connaissant d’autres pistes peuvent nous les indiquer et nous les communiquerons à cette étudiante. Merci.

 

 

10.10.2006

 

Bonjour,
J’ai entendu dire que des changements avaient été faits récemment en terme de publicité pour les kinésithérapeutes, mais cela reste flou. Pourriez vous m’éclairer sur la situation actuelle ?
Merci.
 
E.S. Bruxelles

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Voir dans notre rubrique "NEWS": "Règles de conduite du Kinésithérapeute" formulées par le Conseil National de la Kinésithérapie.
I
l s'agit cependant de règles de conduite qui, à notre connaissance, n'ont pas encore de base officielle et contraignante.
Informez-vous à ce sujet auprès de votre association professionnelle.

 

 

10.10.2006

 

Ma fille de 16 ans pratique la natation 12 heures par semaine, 2 heures de musculation et les compétitions.
Il y a 9 mois elle a commencé à avoir mal au genou gauche et ses résultat ont diminué.
On a fait des radios, vu un docteur et fait des séances de rééducation de tendinite.
Cela a été mieux 2 semaines et cela a repris
On a vu un medecin du sport acr elle est complétement accro à la natation
Il a prescrit une échographie et a conclu à des tendinites chroniques. On a donc arrêté la brasse en mai et juin et arrêté complètement la natation pendant 3 mois et fait des exercices de musculation interne de la cuisse.
Elle a repris la natation le 15 septembre et les douleurs ont recommencés aprés 4 entraînements malgrés sa puissance musculaire de la cuisse qu'elle avait ressenti.
Revisite chez le médecin du sport et IRM
Conclusion de l'IRM : Chondropathie rotulienne associant chondromalacie rotulienne externe et une large ulcération rotulienne interne.
 
Quel est d'après vous la suite du programme ?
Pourra-t- elle continuer de nager ?
Elle revoie le docteurr vendredi.

 

Réponse de  EUROKINE.BE – KINE 2000


Le problème dont souffre votre fille est assez fréquent chez les jeunes filles de son âge: chondropathie patellaire sur instabilité patellaire (syndrome d'hyperpression externe de la rotule).

Seuls le médecin du sport et un bon orthopédiste pourront vous guider, mais il est certain qu'un bon traitement conservateur en kinésithérapie pourra aider votre fille. Il faut cependant de la patience, dans ce cas.

Quelques règles d'or pour ce traitement:

- Kinésithérapie prudente, sans douleur, sans grosses résistances et surtout isométrique.

- Renforcement du vaste médial (vaste interne) par électrothérapie  excito-motrice et exercices spécifiques, et des rotateurs internes

- Etirements des éléments tendino-musculaires externes.

(attention ceci doit se faire après un examen clinique minutieux et d'après le morphotype du patient).
Le protocole de Mc Connel est très utile dans ce cas:
° Etirement des structures rétractées (TFL ++)
° Translation interne de la patella
° Contention non élastique avec effet correcteur suivant le bilan
° Renforcement musculaire sélectif (Vaste interne oblique) en charge ++
Il est certain que si la natation est conseillée sans excès, la brasse est proscrite. Tous mouvements de flexion-extension en charge sont également proscrits. 

Dirigez-vous donc vers un bon kinésithérapeute spécialisé en kinésithérapie du sport, et ce avec les cosneils de votre médecin.

Bonne chance

 

Y.X.

 

10.10.2006

 

Depuis deux ou trois ans je souffre à cause d'excroissances à l'arrière des deux pieds (renflements très importants à la base du tendon d'achille) . Je viens d'aller consulter un orthopédiste qui a décidé de me rabotter ces excroissances.
D'après lui je ne devrai pas être plâtrée.
J’aimerais savoir en quoi consiste l'opération.
Merci

 

M.-A. M.

 

Réponse de EUROKINE.BE – KINE 2000

Bonjour,
Veuillez nous excuser pour cette réponse un peu tardive reçue pendant nos vacances.
Vous souffrez donc de la maladie de Haglund ou hypertrophie postéro-supérieure du calcaneus. Il s'agit d'une affection où le frottement dû à un calcaneus déformé contre le contrefort de la chaussure entraîne une inflammation des bourses séreuses et du tendon calcanéen (d'Achille).
Une solution est donc de régulariser chirurgicalement la tubérosité du calcaneus.C'est ce que l'on vous propose. Intervention simple et de bon pronostic.
Avez-vous déjà changé vos chaussures pour des chaussures mieux adaptées et au contrefort plus souple + surélévation du talon par une petite talonnette à l'extérieur ou à l'intérieur de la chaussure ?

Y. X

 

10.10.2006

 

J’ai été opérée du ménisque droit interne le 21 juillet, on m’ a dit que je pourrai reprendre le travail trois semainesq plus tard, mais aujourd’ hui j ai une douleur très forte dans le genou, je boite, je suis actuellement sur morphine, la douleur est très intense la nuit, je ne peux pas m’accroupir et mettre ma jambe en extension complète. J’ai fait une scintigraphie qui n’ a rien décélé. Mon médecin ne sait plus quoi faire, pouvez-vous m’aider.
Merci d avance.

C.M. France

 

Réponse de EUROKINE.BE – KINE 2000

 

Il s'agit en effet d'une situation tout à fait anormale. Dans votre cas, travail et reprise d'entraînement sportif devraient pouvoir être repris au bout de trois semaines. Il y a donc eu un "couac". Votre genou est-il toujours gonflé? Dans l'affirmative l'application d'un cold-pack (glace) (max.: 15 min.) trois fois par jour suivie d'un pansement compressif est indispensable. Si votre médecin se dit impuissant, nous ne pouvons que vous conseiller de solliciter un autre avis. Des examens complémentaires seront certainement nécessaires.

 

 

10.10.2006

 

J’ai subi une arthroscopie du genou gauche à la mi-mars pour suspicion de kyste méniscal externe .Il faut dire que les médecins étaient très partagés au vu des images IRM équivoques. Il y avait aussi une lésion interne de grade 2. En opérant, le chirurgien dit n'avoir retrouvé aucun kyste et aucune fissure et a juste réséqué une plica recouvrant le ménisque externe. Cela étant, j'ai bien plus mal qu'avant et le compartiment interne, jusque là indolore, est devenu douloureux. L'IRM post-opératoire indique une lésion interne de grade 3. Je suis donc très déçue. Je me demande ainsi si l'arthroscopiste n'a pas aggravé la lésion sans la trouver, en "chipotant". De plus, mon genou droit a aussi une lésion en interne qui devient bcp plus douloureuse de par le fait que je l'utilise bcp plus en appui depuis l'opération du genou gauche. Certains médecins ont évoqué la possibilité d'injection d'acide hyaluronique pour tout "rehuiler"ont-ils dit mais d'autres ont évoqué le risque d'arthrite septique ou de réaction allergique inflammatoire. L'injection unique serait le Durolan qui est tout à fait de synthèse (non issu des crêtes de coq). J'hésite fortement car il parait que cela a un effet protecteur sur les ménisques et que je ne veux pas me faire réopérer mais de l'autre, si j'ai le malheur de tomber dans les réactions allergiques ce sera peut-être encore bien pire.... Qu'en pensez-vous? Le rapport coût bénéfice est-il favorable? Les réactions allergiques disparaissent-elles d'elles-même ou bien peuvent-elles laisser des séquelles? Merci pour votre avis éclairé!

S.M UCCLE

 

Réponse d’EUROKINE.BE – KINE 2000

 

Il se peut effectivement qu'en testant votre cartilage du côté interne cela ait aggravé quelque peu la situation. Personnellement, je n'ai pas encore rencontré de patients aussi jeunes que vous (22 ans) à qui on ait fait une injection d'acide hyaluronique... technique habituellement utilisée avec plus ou moins de succès chez des personnes plus âgées.
Essayez tout d'abord la prise d'un médicament à base de chondroïne et/ou de glucosamine (pris pendant trois mois) qui a un effet certain sur la régénération du cartilage. Suivez également pendant ce temps les conseils d'économie articulaire déjà présentés dans des réponses précédentes de notre Forum. Normalement, chez une personne jeune comme vous le cartilage pourrait se régénérer. Maintenant une question reste posée: pourquoi une souffrance cartilagineuse interne alors que votre problème méniscal semblait se situer du côté externe? Lésion méniscale interne (l'arthroscopie aurait cependant dû la décéler)? Désaxation du membre inférieur (genou varum). N'êtes-vous pas une 'fan' de l'équitation? Un bon examen mortphologique devrait répondre à cette question.   

Y.X.

 

 

10.10.2006

 

Je viens de lire la présentation de l'anneau de Pflug.
Peut-il être utile pour des oedèmes devenus fibreux au niveau des chevilles ? Traitement actuel : massage lymphatique manuel + bottes à raison d'une fois
par semaine (mais non suffisant)
Je pense donc acheter l'anneau pour pouvoir agir tous les jours.
Pouvez-vous me dire où je peux acheter ce matériel et son coût approximatif.

A.L.

 

Réponse de EUROKINE.BE - KINE 2000

 

L’anneau de Pflug peut être utile sur la portion fibreuse : cela provoquera un ramollissement des tissus qui augmentera le confort.

La patiente portera certainement un bandage et après, un bas de

contention sur mesure. L'anneau peut même s'appliquer sur le bas ou sur les bandes. (Pratiquer ainsi me semble préférable, cela

protège la peau), et ceci peut être exécuté plusieurs fois par jour par

quelqu'un de l'entourage du patient si le mode d'emploi lui est bien

expliqué. Le Prof Pflug attachait beaucoup d'importance au fait que

l'utilité était aussi le "self care"

Avec le décès du concepteur et, ensuite, du Directeur de la firme qui commercialisait l'anneau, il y a eu un peu de flottements. Aujourd'hui, il semble que les fils du Directeur de huntleigh-healthcare aient repris le flambeau. Dans cettte optique, vous pouvez contacter Thérèse-Marie Mullie (therese-marie.mullie@huntleigh-healthcare.be) ou vous adresser, pour l’achat de l'anneau, à Mrs Sandra Smith, secrétaire Huntleigh Healthcare, Luton tél: 00441582745706

Attention: le succès de l'anneau dépend du choix correct de la taille.

Il y en a 4 : small, medium, large et extra large.

En règle générale: small et médium sont utiles pour le membre supérieur;

le médium est bien pour des chevilles pas trop fortes.


S.T.

 

 

10.10.2006

 

Agé de 44 ans, je souffre depuis 5 ans du pyramidal doit. Et depuis 3 ans, du bas du dos coté droit. (j'ai toujours eu un dos sensible)
J'ai été opéré des ménisque interne et externe du genou droit. Un an après les premières douleurs du pyramidal se sont manifestées, pour s'intensifier ensuite, sans répit.
J'ai dû avoir en 4 ans une quarantaine de séances de kiné ; un ostéopathe consulté en février m'a "crocheté" un ligament fessier en passant par l'anus ce qui a diminué la douleur du pyramidal mais augmenté la douleur dorsale. Un podologue consulté il y a un mois a remarqué un affaissement du pied droit vers l'intérieur, et le port de semelles orthopédiques ne change rien, si ce n'est l'apparition de douleurs cervicales. J'ai dû avaler tout ce qui se fait en anti-inflammatoires et myorelaxants.
Les douleurs sont moins fortes quand je marche, seul répit, ou lors de la pratique (hebdomadaire) du VTT marathon. Elles s'intensifient quand je suis immobile, le pire étant la nuit où les douleurs du bas du dos me réveillent toutes les 2 heures
Aujourd'hui, épuisé par ces douleurs et ces nuits en pointillés, je ne sais plus que faire.
Que me conseillez vous?
O.M. 49220  Grez Neuville France

Réponse de EUROKINE

 

Voilà le cas complexe où seul un examen morphologique approfondi pourra vous aider et où il est impossible de vous aider complètement via cette rubrique.

N'y a-t-il pas deux problèmes?

- syndrome du pyramidal (piriforme)?: dans ce cas douleurs de type sciatique, affaiblissement de la rotation externe et de l'abduction de la hanche, palpation douloureuse et pyramidal SOTO test +
-  un problème discal? Dans ce cas la position debout ou en mouvement soulage effectivement, les positions courbées (assis ++) augmentent la douleur.

Pour ce qui est de l'effet d'une semelle, il faut souvent attendre plusieurs mois pour que l'effet positif se fasse sentir. Patience.

Le fait que les douleurs s'intensifient lorsque vous restez immobile me fait penser à une stase circulatoire locale qui influencerait un problème discal.

Consultez un bon orthopédiste ou un bon kinésithérapeute qui pourra faire cet examen clinique et morphologique complet.

 

Y.X.

 

 

01.09.2006

 

Bonsoir,          
Mon épouse soigne depuis 4 mois une tendinite du tendon d'Achille et cela ne se résorbe pas. Nous essayons un traitement en laser-thérapie pour le moment mais rien n'y fait .Quel est le meilleur traitement? Connaissez vous un bon médecin, professeur à Lille (F) ou en Belgique capable de la sauver. Elle ne sait plus marcher plus de 15 min. d'affilée.

 

B.J. Tournai

 

           
Réponse de EUROKINE.BE

           
Je ne puis vous donner de noms de médecins spécialistes mais votre médecin traitant pourra certainement bien vous guider. 
La laser-thérapie ne donne effectivement pas toujours (souvent) de bons résultats et le dosage doit être bien appliqué.           
A-t-elle essayé la première mesure à prendre c'est-à-dire l'utilisation d'une talonnette de 0,7 à 1 cm du côté atteint dans le but de raccourcir la course de travail du tendon pendant la marche et de le mettre ainsi au repos. Une semelle absorbant les chocs comme celle utilisée par les coureurs de longue distance (type Noene) et un léger massage du tendon trois fois par jour avec une pommade anti-inflammatoire sont également utiles.  
Si le traitement conservateur échoue, on peut envisager en dernier recours une intervention chirurgicale de type peignage du tendon mais ceci est en général réservé aux sportifs qui sollicitent fort leur tendon.  
Votre épouse n'a-t-elle pas changé de type de chaussures (par exemple passer de hauts talons à des talons plus bas)? Est-ce une sportive?    
Je reste à votre disposition.     
Bien à vous.

 

 

01.09.2006

Souffrant de douleurs dans le compartiment interne à la suite d'un traumatisme, j'ai subi une IRM du genou lors de laquelle il a été constaté une déchirure méniscale ou lésion de grade III (ménisque interne, cornes moyenne et postérieure), sans signe d'anse de seau. Au ménisque externe, l'examen a révélé une discrète anomalie de signal central des trois cornes, sans extension aux surfaces articulaires du ménisque, compatible avec une dégénérescence mucoïde ou lésion de grade I.    
Au décours de cet examen, le radiologue a également constaté "au niveau du condyle fémoral interne, antérieurement, à hauteur de l'articulation fémoropatellaire, une lésion sous-chondrale caractérisée par un séquestre délimité par un liseré hypo-intense en carte de géographie, compatible avec une ostéonécrose aseptique. La lésion principale a une extension cranio-caudale d'env. 2,5 cm, une profondeur d'env. 5 mm et une largeur d'env. 1 cm. Le cartilage de recouvrement en regard de la lésion est nettement aminci mais encore présent. En pondération T2, on note un liseré hyperintense qui entoure le séquestre. Ceci est un signe de détachement, mais probablement incomplet en raison du cartilage de recouvrement.  
Dans le condyle externe, une lésion semblable est visible, le revêtement cartilagineux est présent aussi ce niveau.            
Il n'y a pas d'oedème médullaire autour de ces lésions d'ostéonécrose. Elles ont plutôt un aspect ancien. La localisation est inhabituelle, cette pathologie est plus fréquemment identifiée dans les zones de charge ....".     
Je suis âgée de 43 ans, ai toujours pratiqué un peu de sport (jusqu' il y a 3, un peu de course pied et  maintenant du vélo).    
Je ne comprends pas comment a pu se développer une telle nécrose aseptique du cartilage des deux condyles fémoraux. Pourriez-vous me donner une explication la plus vraisemblable ?  
Cette affection risque-t-elle de progresser ?    
Ceci correspond-il une chondropathie et, cas échéant, de quel grade ?           
Faut-il procéder, au moment de l'arthroscopie du ménisque interne, une arthrotomie pour "réparer" ce cartilage ? Si oui, selon quelle méthode (greffe en mosaïque, collage de cartilage artificiel, technique cellules souche) ?        
Un traitement par Condrosulf peut-il apporter une amélioration ? ou par injection de synoviale ?         
Merci d'avance de vos précieux conseils.        
           
C.P. Suisse

Réponse d’EUROKINE.BE   

Situation complexe mais que je pourrais expliquer de la façon suivante: les lésions méniscales ont engendré ces détériorations du cartilage. Le traumatisme est-il récent ou avez-vous déjà subi d'autres traumatismes antérieurement?.          
Je me souviens très bien de la première méniscectomie à laquelle j'ai assisté (du temps où l'arthroscopie n'existait pas encore et où on ouvrait donc complètement l'articulation - arthrotomie - pour réséquer totalement le ménisque - ce que l'on ne fait plus maintenant car on essaie de garder un maximum de matière méniscale dont le rôle amortisseur est très important) : il s'agissait d'un jeune sportif de 18 ans et on voyait déjà très nettement sur son cartilage articulaire fémoral, au niveau de la lésion, l'empreinte de la lésion méniscale, alors que sa lésion méniscale ne datait que de quelques mois. Cela confirme donc que le cartilage peut souffrir énormément d'une lésion méniscale.       
A faire donc le plus rapidement possible: régularisation méniscale par arthroscopie et ne rien faire au cartilage. On peut raisonnablement espérer que la contrainte mécanique due la lésion méniscale étant disparue, le cartilage se régénérera progressivement. La prise d'un médicament à base de chondroïne et de glucosamine (type orocartil, chondrosulf, procartil...) peut certainement aider cette régénération du cartilage (à prendre pendant trois mois).          
Les techniques de réparation du cartilage dont vous parlez sont en général réservées aux sujets jeunes chez qui la lésion cartilagineuse est nettement traumatique aiguë et ne me semblent pas indiquées dans votre cas. L'injection "dite synoviale" ne me semble pas utile ce stade. 
Je reste votre disposition.

 

 

01.09.2006

 

Bonjour,

 

Je suis étudiante en kiné en France et je recherche des sites Internet où je pourrais consulter des cours de notre programme de pneumologie et sur des techniques de kinésithérapie sur lesquelles, malheureusement, nous n’avons pas eu d’enseignement : Klapp, Von Nierderhoffer, Mézières, Mennel, Sohier… et beaucoup d’autres.

 

N.L. (France) 

P.S. je viens de découvrir votre forum qui est vraiment très intéressant.

 

Réponse de Y.X.        
           
Suite votre message demandant des renseignements sur diverses techniques, je vous conseille de rentrer ces différents noms sur le moteur de recherche Google. Voir aussi la bibliographie du Vade-Mecum de Kinésithérapie aux Editions Maloine (Paris) - Prodim (Bruxelles) Auteur : Yves Xhardez.  
Le site www.funcall.com parle de la gymnastique de Klapp + voir le livre paru en français chez Maloine-Prodim.       
Pour la méthode Mézières voir le site de l'AMIK www.methode-mezieres.com et pour Sohier taper sur Google "Kinésithérapie analytique Sohier".      
Les méthodes de von Niederhoffer (gymnastique basée sur les contractions isométriques) et de Mennel (mobilisations de décoaptation) sont très anciennes et il est effectivement difficile de retrouver une description sur le Net, mais toute bonne bibliothèque d'école de kinésithérapie doit avoir ces ouvrages.            
Il ne faut pas oublier que, pour Mennel par exemple, ses techniques ont été reprises par de nombreux auteurs comme Sohier, Kaltenborn, ou divers auteurs ostéopathes. C'est souvent le cas pour les méthodes dites 'anciennes': elles sont souvent reprises en partie à leur nom (malheureusement souvent sans citer l'auteur original) par des auteurs plus récents. On ne peut pas inventer chaque jour du nouveau...

 

 

01.09.2006

 

Bonjour,

 

Je viens de tomber sur votre site et je voudrais témoigner du chemin de croix qui accompagne cette pathologie (syndrome de l'essuie-glace). Pour être concis, 2 ans sont nécessaires entre le moment où le mal s'installe et une opération envisagée en dernier recours (effectuée le 30 juin 2006). Si quelques personnes me contactent et souhaitent avoir des précisions ou en parler, ils peuvent me contacter. Je leur fournirai toutes les précisions et les détails que j'ai pu récolter pendant ces deux ans de galère.

 

Y.O.

 

Réponse d’EUROKINE.BE

 

Merci pour ce témoignage. Les visiteurs qui désireraient contacter Y.O. peuvent nous le faire savoir via notre adresse E-mail info@eurokine.be et nous leur enverrons les coordonnées complètes de notre correspondant.

 

 

01.09.2006

 

Bonjour,         
Suite à une chute lors d’une marche de nuit il y a un an, j’ai eu des problèmes de chondropathie rotulienne au genou gauche. Après 60 séances de kiné, des chondroprotecteurs et des consultations chez de nombreux chirurgiens, le problème persiste. D’après les chirurgiens civils il ne fallait pas opérer, mais les chirurgiens militaires eux préconisaient une opération (TITA).       
Celle-ci a été effectuée il y a 3 mois maintenant par un militaire, il me garantissait récupérer toute la fonctionnalité de mon articulation et que je n’aurais plus aucune douleur. Ce n’est pas le cas je dirais même que c’est pire qu’avant. Il y a un mois on m’a injecté du cartilage génétique, rien ne marche, que dois-je faire, les médecins militaires voudraient me réopérer. Ils veulent faire des fissures dans la rotule pour recréer du cartilage. 
Au secours, aidez-moi, que dois-je faire, y a-t-il un moyen pour ne plus avoir ces douleurs incessantes.         
Merci davance.           
           
C.D. Embourg

 

Réponse d’Y.X.

 

Bonjour,         
Effectivement la TITA est une opération qui sera toujours discutée.     
Il est certain qu'en 3 mois on ne peut pas juger de son effet, car son but est de diminuer les contraintes sur la rotule et permettre ainsi au cartilage de se reconstituer, et tout cela se fait lentement et lorsqu'il n'y a pas trop de contraintes sur la rotule. Mais votre cartilage est-il encore en assez bon état, c'est-à-dire n'a-t-il pas complètement disparu et trop largement à certains endroits et alors il est impossible qu'il se régènère. Si le chirurgien parle de perforations ou de fissurations c'est qu'il estime qu'il y a encore assez de cartilage, ce qui est positif.          
Il faut cependant de la patience.          
Personnellement je vous conseillerais d'observer une hygiène stricte de protection articulaire et d'éviter encore pendant 2 à 3 mois tout mouvement qui pourrait engendrer une contrainte sur ce cartilage (pas de montée d'escaliers, pas de vélo en charge, pas d'accroupissements... voir les réponses précédentes dans notre Forum). Portez également une genouillère avec évidement rotulien et anneau centralisateur (type "genutrain") lors de vos déplacements. Les médicaments favorisant la régénération du cartilage (à base de glusosamine - chondroïne) sont également efficaces mais leur effet ne se fait sentir qu'au bout de trois mois.         
Je ne connais pas votre âge mais, si vous êtes jeune et en dernier recours, on pourrait envisager une greffe de cartilage qui est toutefois réservée aux sujets jeunes et dont le cartilage est encore suffisamment présent (par exemple pour suppléer à une absence de cartilage localisée et due à un traumatisme).    
Faites confiance à votre médecin mais surtout ne surchargez pas encore votre genou actuellement. Laissez lui le temps de se refaire.

 

 

01.09.2006

 

Bonjour,

 

Suite à ma visite sur votre site,  je me permets de vous envoyer ce mail pour vous demander quelques informations.

En effet mon mari a subi il y a quelques années un  tacle dans sa jambe dans un match de foot. Les années ont passé puis en jouant à ses matchs, il a commencé à avoir des brûlures dans sa jambe au niveau de l'extérieur du genou.

Le temps ne faisait qu'accroître sa douleur jusqu'au jour où sa jambe s'est bloquée pendant un match à ne plus pourvoir courir.

Il a vu plusieurs docteurs, ostéos, kinés… tous pensaient qu'il avait un syndrome de l'essuie-glace bien connu !!

Il a donc fait la démarche traditionnelle: semelles orthopédiques, séances de kiné avec étirements ....

La douleur  passait  au repos mais revenait immédiatement pendant la pratique sportive !

Après réflexion son docteur lui a proposé une option " peu commune" comme il a dit :

Il lui a détendu les fibres postérieures du TFLl  par rapport au condyle externe.

Cela fait maintenant  1 mois et 3 semaines qu'il a été opéré… ses séances de kiné arrivent à leur fin ...

Son kiné lui a dit d’essayer peu à peu de reprendre la course.

Il a fait du vélo en salle (allure mollo), de la natation, puis il a couru 15 min. Le soir même il n'a eu aucune douleur, ni le lendemain ...

Par contre le surlendemain, il a senti comme une brûlure au niveau de sa cicatrice.

Apparemment, il ressent cette gêne uniquement quand son poids du corps est en jeu (ni au repos, ni dans une simple flexion)

Son docteur dit qu'il ne faut pas s'inquiéter, son kiné dit que d'ici juillet tout va rentrer dans l'ordre mais aujourd'hui on se demande vraiment si un jour la douleur finira par passer complètement et SURTOUT s’il pourra rejouer un match  ?

Je vous remercie de m'informer si vous avez eu des cas semblables dans votre carrière et surtout de me donner honnêtement votre avis de professionnel.

En vous remerciant par avance,

 

M.C. P.  Châteauneuf les Martigues

 

Réponse de EUROKINE.BE 

L'intervention pratiquée donne en général de bons résultats mais il ne faut pas oublier qu'aucun cas n'est identique. Normalement après 2 mois, le sport devrait pouvoir être repris normalement. 
Il faut que vous fassiez confiance votre médecin et à votre kinésithérapeute.    
La seule question que je me pose: a-t-on vérifié l’intégrité de l'articulation (cartilage, ménisque du côté externe -vous parlez d'un blocage qui est un signe de lésion méniscale...)? N' y a-t-il pas un début d’arthrose externe? Cependant c'est l'arthrose du compartiment interne qui est la plus fréquente chez le footballeur.
Si cela n'a pas été fait une arthrographie ou une RMN du genou pourra donner l'état de l'articulation. 
Merci de nous tenir au courant.
           

Réponse de M.C. P

 

Pour l'instant mon mari reprend doucement. Il va courir 15 a 20 min tous les 2 a 3 jours.

Il fait parfois 30 min de vélo en salle de sport. Il n'a pas de douleur pendant sa pratique, ni après ...juste une petite sensation de tiraillement qui, avec le repos, disparaît.
On essaye au maximum de leur faire confiance à notre médecin et à notre kinésithérapeute et d'écouter leurs conseils.

Un examen radiologique du genou a été pratiqué et rien n'a été constaté

En vous remerciant, pour votre sérieux et votre réponse rapide,

 

 

12.06.2006

 

Bonjour,
J'ai été victime d'une chute moto ce jeudi 8 juin ou j'ai été admis à ….

Première  conclusion du médecin après l’examen "résonance magnétique"rupture du ligament croisé postérieur.

J'aimerais me faire opérer, pour redevenir comme avant, mais ils ne veulent pas.

On me dit qu'on sait bien vivre avec un seul ligament, mais moi j'ai entendu dire qu’à long terme ce dernier lâcherait aussi.
Je voudrais trouver un  très bon spécialiste qui accepterait de m'opérer, on le fait bien pour des footballeurs renommés. Je suis pour l'instant très déprimé. Dite-moi que c'est possible.

F. C. COURCELLES

 

Réponse de Eurokiné.be

 

La rupture du Ligament Croisé Postérieur est très rare et est effectivement presque toujours traitée fonctionnellement. Le conseil qui vous a été donné est donc tout à fait valable. Ce n'est que si, après une rééducation bien menée une laxité postérieure gênante du genou subsistait, que l'on pourrait envisager une intervention qui, de toute façon, donne de moins bons résultats que les interventions pour le ligament croisé antérieur. Ne confondez surtout pas LCP et LCA. Ce dernier est celui qui est le plus souvent lésé chez les footballeurs et dès lors opéré.

Faites confiance à votre médecin. Il a pris la bonne décision. Tout médecin et chirurgien sérieux fera de même. Suivez une bonne rééducation qui renforcera l'appareil musculaire de votre genou.

Les quatre grands principes à respecter dans cette rééducation:

- reprise de l'appui immédiat avec canne et attelle d'extension pendant un mois

- lutte contre la douleur et l'oedème

- renforcement ++ du quadriceps et des gastrocnémiens (lutte contre le tiroir postérieur)

- proprioception ++

(Réf. Yves Xhardez - Vade-Mecum de Kinésithérapie, 5e édition 2002 - Prodim Bruxelles - Maloine Paris)

Bonne chance.

 

18.04.2006

 

Bonjour

J'ai une douleur au genou gauche (coté interne) depuis une dizaine de jours. J'ai consulté mon medecin qui m'a prescrit des anti-inflamatoires et des séances de kiné. Après avoir fait des radio il s'avère que j'ai une tendance à la translation externe des deux rotules, donc prescription de semelles.

J'aurai voulu avoir votre avis concernant l'éfficacité de semelles orthopédiques pour mon cas, d'autre part j'ai prévu d'aller marcher en montagne (de 4 à 6 h par jour) à partir du 30 avril. Est-ce que je dois annuler?

Merci pour vos conseils

Cordialement

C. M.  Burdignin (France)

 

Notre réponse en bref

 

Anti-inflammatoires: ne pas abuser. A utiliser uniquement si fortes douleurs.    

Kiné : TB - Renforcement musculature interne et étirements externes (voir réponses précédentes dans notre FORUM).           

Semelles orthopédiques: efficaces mais un temps d'adaptation peut s'avérer nécessaire.

Pour le moment essayer de ménager votre genou (voir également nos conseils dans les réponses précédentes du FORUM).      

Pour votre marche en montagne, je pense que le port d'une genouillère avec évidement central et anneau de recentrage de la rotule (type Genutrain) devrait vous aider et permettre cette marche.

 

 

03.04.2006

 

QUESTION

 

Bonjour,

 

Suite à un entraînement intensif en vue d'une épreuve sportive (5000 mètres et 200 mètres nage libre) j'ai ressenti une douleur sur l'extérieur du genou droit (tendinite du TFL et bursite). Depuis voici la progression:

- Janvier 2005 : première douleur, infiltration, semelles ortho, kiné, repos de quelques jours

- Mars 2005 : à nouveau douleur (qui ne disparaîtra plus), infiltration, kiné et ostéo

- Juin 2005 : ondes de choc

- Octobre 2005 : infiltration

- Depuis janvier 2006, kiné deux fois par semaine (ultrasons, MTP et étirement spécifique)

- Février 2006 : essuie-glace au genou gauche (est apparu en marche dans une descente et ne me lâche plus)

Je suis donc au repos total depuis mars 2005, fais des étirements spécifiques tous les jours depuis plusieurs mois. La douleur est présente tout le temps aux deux genoux même au repos et à la marche en terrain plat.

Le médecin du sport qui me suit (Dr B. G. à Lyon) me préconise, au vu de ces échecs, une opération.

Ma question est la suivante: Pensez vous que l'opération soit la suite logique au vu des échecs des autres traitements, en quoi consiste cet opération (peignage? débridement du tendon? enlèvement de la bursite? "rabotage" du condyle externe?) et quelles en sont les suites postopératoires (immobilisation? reprise du sport? rééducation?)

Je vous remercie d'avance de l'aide que m'apportez dans mes interrogations.  

B.F. Roanne

 

Réponse d’EUROKINE.BE

 

Effectivement, lorsque le traitement conservateur échoue, on peut proposer une intervention qui consiste en une section des fibres postérieures du tractus au niveau des lésions, une plastie en Z ou une ouverture en croix (c’est votre chirurgien qui peut vous dire exactement ce qu’il compte faire). La reprise de l’activité sportive peut s’effectuer progressivement entre 2 et 7 semaines. Il n’y a en principe pas de véritable immobilisation et une rééducation progressive de renforcement musculaire et proprioceptive est utile.  
Une seule suggestion : ce qu’on appelle une « fenêtre thérapeutique » peut parfois s’avérer utile : tout arrêter (traitements, étirements etc.) pendant quelques semaines et repos complet de la lésion (cela ne doit pas vous empêcher de marcher normalement mais sans grosses contraintes).   
Merci de nous faire part de l’évolution et de la solution retenue.

 

 

 

03.04.2006

 

QUESTION

                             
Je suis une femme de 36 ans.  
Au printemps 2003, j'ai remarqué que lorsque je me baissais, mon genou gauche faisait un bruit de "verre pilé". Je ne me suis pas inquiétée. Mais en Novembre de la même année (sans chute ou choc), mon genou s'est mis à gonfler, à être très chaud et j'avais du mal à marcher.       
Mon médecin traitant m'a envoyé vers un chirurgien qui m'a fait faire des examens : radio, IRM, Scanner et arthro-scanner.

 

Radio :                  "en incidence de face en appui, schuss, profil à 30° et défilé fémoro-patellaire à 45°        
Intégrité des structures osseuses fémoro-tibiales ou fémoro-patellaires     
Pas de corps étranger radio-opaque en projection de l'articulation.          
Au total : bilan radiographique osseux négatif."     

 

IRM                    "Pas d'anomalie de l'os spongieux 
pas d'anomalie des ligaments croisés        
structure liquidienne en arrière du LCP en faveur d'un kyste de la tente du croisé postérieur de 21 X 10 X 13mm         
Pas d'anomalie évidente des ménisques    
Pas d’épanchement intra-articulaire du genou       
Au total : absence d'anomalie méniscale et kyste de 21mm de la tente du croisé postérieur          

Arthro-scanner     "importante ulcération du cartilage rotulien à la partie inférieur de la facette externe          
les cartilages fémoro-tibiaux sont respectés          
pas de fissure méniscale   
on retrouve le kyste ovalaire en arrière du LCP qui mesure 2 cm de hauteur. Celui-ci présente un début de remplissage par le contraste par un petit pertuis passant à proximité de l'insertion postérieure du ménisque interne.         

 

Mon chirurgien m'a dit que c'était typique d'un "croissance trop rapide" quand j'étais jeune fille et que ma rotule était désaxée et c'était cela qui me faisait mal. On m'a prescrit de la kiné mais comme en parallèle je suivais un traitement pour être enceinte je ne pouvais pas tout faire, donc on m'a dit d'abord la grossesse après on verra.           
 Ma grossesse est terminée et maintenant c'est le deuxième genoux qui me fait mal, et durant ces deux ans, j'ai vu :     
- un autre chirurgien qui m'a dit : Oh là là ! il faut opérer, sinon dans 4 ans vous ne marchez plus!!      
- un ostéophate qui m'a dit : l'histoire des rotules désaxées,  c'est"bateau" car votre corps a acquis son équilibre, il faut pas toucher!                 
- un réflexologue : c'est uniquement les cartilages, il faut les nettoyer, vous avez un terrain "acide" sujet à l'arthrose      
                             
En résumé, je ne comprends toujours pas ce que j'ai , si mon cartilage est ulcéré, c'est dû à quoi ? à la rotule ? il faut opérer ou alors on peut uniquement jouer sur le cartilage par traitement ? vu que j'ai une hernie hiatale, les médicaments ne sont pas tous bons pour moi, et l'homéopathie, comme  argentum métallicum ?           
J'ai vraiment besoin de conseils, car je souffre tout le temps, et porter mon bébé devient difficile et me baisser je n'y arrive pas.                       
                             
Je vous remercie d'avance d'avoir lu mon  si long message et si vous pouviez au moins m'expliquer clairement l'interprétation des examens, et me donner quelques conseils pour me remonter le moral.        
                             
Sincères salutations

 

C.B. France

  

Réponse de Y.X.

 

Bonjour,

           
Il s'agit nettement d'un problème de chondropathie rotulienne (souffrance de la rotule avec dégradation du cartilage) et effectivement, probablement, d’une certaine désaxation de la rotule.   
L'opération est une solution de dernier recours.           
Je vous conseillerais tout d'abord une bonne kinésithérapie de réaxation rotulienne avec renforcement (toujours isométrique et électrothérapie de stimulation) du quadriceps interne (vaste médial), des fléchisseurs internes et des rotateurs internes, et étirement des structures externes. Ceci doit s'accompagner d'une hygiène d'économie articulaire stricte (éviter au maximum les flexions de genou en charge : voir réponses aux question précédentes dans le Forum concernant la rotule).              
La prise (pendant minimum trois mois puis entretien régulier) de comprimés ou gélules à base de chondroïne et de glucosamine est un adjuvant efficace et sans danger au point de vue digestif. Ce ne sont pas des anti-inflammatoires et ils ont un effet certain  sur la régénération du cartilage.                 
Je ne puis me prononcer sur l'homéopathie.                

 

03.04.2006

 

Bonjour,
Est-ce qu'une exposition telle que Kinexpo existe toujours? Si oui, 
pouvez-vous me donner des infos à ce sujet?
Merci.

L.G. Bassily


Malheureusement nous ne pouvons plus actuellement organiser KINEXPO depuis que nous avons été obligés d'arrêter la publication de la version papier de KINE 2000 faute d'annonceurs et de sponsors suffisants.
Il nous est encore toujours très difficile d'intéresser les firmes qui subissent également les effets de la crise dans le milieu de la kinésithérapie.
Nous restons cependant confiants et espérons que d'autres firmes et sponsors se joindront dans l'avenir à ceux qui nous aident dès à présent dans notre action.
Bien confraternellement.
Y.X.


 

15.02.2006

 

HOMMAGE à Mathias GANS

Réponse à l’article paru dans « Point de Mire » KINE 2000 Hiver – Vol 17-06/1

 

Bonjour Madame,

Nous nous connaissons, au moins de vue, lors de nos rencontres  de défenses de mémoire.

L'article que vous avez publié m'a profondément touché.  Ancien élève de Mr. Gans également, j'aimerais continuer dans votre sens et ajouter ceci :

 

"Monsieur Gans incarnait notre idéal à tous.  Homme sévère, sincère, extrêmement loyal et juste, il avait l'Amour du métier et nous le "passait" subrepticement et par petites touches.  Malgré sa sévérité, nous l'adorions. Infatigable, toujours à l'heure, il nous passionnait par son savoir. Terminant parfois un vendredi, tard à l'ISCAM ,  il était toujours le premier, le lendemain matin à un congrès qu'il co-organisait.

Chercheur et clairvoyant,  il nous poussait chacun dans nos retranchements et savait trouver en nous la flamme qui nous animait : c'est ainsi qu'un jour il m'appela dans son bureau. Après un saisissement passager, je l'avoue (et une peur aussi),  il me fit entrer et me conseilla d'aller me former en Allemagne, tout comme lui quelques années auparavant.  Ce que je fis sans hésitation. Je m'en félicite tous les jours d'avoir suivi son conseil.

Profitant d'un de ses passages en Allemagne chez Madame Lehnert-Schroth, il vint même me rendre visite.

Germanophile, il restait en contact avec nos voisins d'Outre-Rhin et, grâce à lui, nous pûmes rencontrer de grandes personnalités allemandes de notre métier, à savoir : Herr Quilitsch, Frau Dr. Teirich-Leube, Herr Rudolf Klapp, Frau Marquardt.

Il faut se rendre à l'évidence, Monsieur Gans était un "grand" parmi les grands.

Je pense que chacun d'entre nous qui l'a connu, se dit encore aujourd'hui en travaillant :" Tiens, et si Mr. Gans était derrière moi, serait-il d'accord avec ce que je fais ?"

Très attristé par sa disparition, son image me hante encore tous les jours  ...  et le temps n'y fera rien."

 

Chère Madame, merci de m'avoir lu jusqu'ici.  J'apprécie, une fois de plus je vous le dis, l'initiative que vous avez lancé sur Internet.  J'espère que vous aurez beaucoup de réponses.

 

François  Mols, Bruxelles.       

 

 

15.02.2006

 

Bonjour
J’aimerais bien savoir l’équivalence d’un diplôme de kiné marocain en France et les démarches à suivre.
Je vous remercie infiniment.

A.S. (France)

 

Réponse de EUROKINE.BE:

Pour ces renseignements, je vous conseille de vous adresser à la FFMKR en France.
FFMKR
3/5, rue Lespagnol
75020 PARIS
TEL : 01.44.83.46.00 / Fax : 01.44.83.46.01
email :
contact@ffmkr.org  

 

 

FORUM 2005

FORUM 2004