ENVOYEZ VOS QUESTIONS ET SUGGESTIONS A :

STUUR UW VRAGEN EN SUGGESTIES NAAR :

info@eurokine.be

 

Attention : la rédaction n'est pas responsable du contenu de ces textes

Disclaimer : de redactie is niet verantwoordelijk voor de inhoud van deze teksten

 

 

 

05.11.2007

 

Bonjour,
 
Jeune homme de 22 ans, pratiquant le football à haut niveau, je me suis fait une luxation de la rotule, avec fracture non déplacée verticale + arrachement du bord interne, les radios ont également montré une dysplasie féméro platellaire.


La fracture semble en bonne voie de guérion, l'aileron rotulien est désormais perdu selon mon chirugien de par les petits arrachement : j'ai un programme de musculation du vaste interne avec mon kiné, j'ai dors et déjà retrouvé mon extention complète et le verrouillage, mais la flexion n'a pas encore été travaillée.



Pensez vous qu'avec l'arrêt de sports à risques (plus de foot ou de sport en pivot la luxation m'a fait trop souffrir), une bonne réeducation et renforcement du vaste interne, le port d'une genouillère si besoin, il y a risque de récidive ? (je veux surtout savoir si le fait de perdre l'aileron interne est un facteur très aggravant en plus ma dysplasie).


Merci beacoup à ceux qui font vivre ce forum


J.-F. R.

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Il est certain que la perte de l'aileron interne ne facilite pas la stabilité de la rotule.

Cependant je suis persuadé qu'un bonne rééducation (interne ++) associée au port d'une genouillère avec anneau stabilisateur (type genutrain) vous permettra de faire encore pas mal de sport en évitant cependant si possible les sports à risque comme le football, le basket, le ski... Vous pouvez également envisager lors de la pratique du sport la pose d'une contention non élastique selon Mc Connel (votre kinésithérapeute pourra certainement vous renseigner) avec effet correcteur sur la rotule.

 

Continuez prudemment votre rééducation, ce qui semble être le cas puisqu'on n'a pas sollicité trop tôt la flexion.

 

Bonne chance.

 

Y. X.

 

 

05.11.2007

 

Je suis un footballeur pro et j ai 22ans. Il y a 6 ans de ça  je me suis fait opérer. On m’a enlevé une partie du ménisque externe (mon médecin m’a dit après un mois de réeducation je suis de retour sur le terrain mais ça a duré 8 mois) et 6 ans après,  je souffre de nouveau de douleur et maintenant on me dit que mon ménisque externe est complètement parti. Et le medecin dit que avec un genou pareil je pourrai jouer encore 2 ans voire 3. Ce que je veux savoir : est-ce qu’ il a vraiment raison ? En ce moment je joue toujours avec de petites douleurs. Qu’ en pensez vous? et qu’ est ce qui m’attend?

 

Kenan

Réponse de EUROKINE.BE


Bonjour,

 

Ne revenons pas en arrière mais n'avez-vous pas été trop vite pour essayer de reprendre votre activité sportive après votre opération il y a 6 ans. Chez un jeune, une opération du ménisque externe demande encore plus de prudence dans la reprise des exercices et vous dire que vous auriez récupéré après 1 mois était pour le moins utopique. Si on vous a enlevé une partie du ménisque externe il y a six ans, dire qu'il est complètement parti me semble spécial. Probablement que la portion qui avait été sauvegardée s'est à son tour détériorée. A-t-on fait un bilan précis par arthrographie ou IRM pour voir l'état du ménisque et une éventuelle évolution arthrosique. Il est probable qu'une nouvelle intervention soit nécessaire et que l'on devra à nouveau enlever une partie ou régulariser. En cas d'intervention suivez une rééducation prudente et ne brûlez pas les étapes dans la reprise de votre sport. Quant à vous dire combien de temps votre genou tiendra le coup, c'est pratiquement impossible. Consultez un chirurgien orthopédiste spécialisé dans le genou et le sport. 

 

Bonne chance.

 

Y. X.

 

 

05.11.2007

 

Bonjour


Je suis une femme de 45 ans et à la suite d'un lumbago, j'ai eu une douleur qui m’est apparue dans le dos. J'ai laissé courir mais après plusieurs mois ayant toujours mal j'ai passé une IRM qui a montré un épanchement de synovie entre la L4 et la L5. Voilà j'ai pris de la cortisone, j'ai fait 2 séances de mésotherapie et après cela 2 infiltrations en 1 mois de temps et toujours pas de résultats .Ya-t-il une autre solutions ? Si quelqu' un pouvait m’aider je le remercie d'avance

 

T.V.

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Je n'ai jamais entendu parler d'épanchement de synovie entre L4 et L5... Ne vous a-t-on pas plutôt parlé de protrusion ou d'hernie discale?. Si on vous a prescrit cortisone, mésothérapie, infiltration c'est qu'il y a effectivement phénomène inflammatoire, mais alors ce ne pourrait qu'être au niveau des petites apophyses articulaires. Les douleurs sont-elles exacerbées lorsque vous creusez le dos ou lorsque vous arrondissez celui-ci? Avez-vous suivi des séances de kinésithérapie de renforcement la musculature de votre dos et sa proprioception et vous a-t-on appris à éviter les mouvements ou positions susceptibles d'entraîner la douleur (type école du dos)? Je ne puis que vous conseiller d'aller consulter un bon kinésithérapeute et/ou un médecin orthopédiste ou rhumatologue spécialiste du dos.

 

Bon courage.

 

Y. X.

 

Réponse de T.V.


Bonjour

Suite a votre conseil j ai consulté un autre kiné

Miracle il a trouvé : j'ai un syndrome myotensif et voilà il m a debloqué. Je vais beaucoup mieux

Merci d'avoir pris le temps de me repondre

 

 

05.11.2007

 

Bonjour,

 

Je me permet de vous envoyer ce mail car je suis atteind d'une ostéonécrose condylienne bilatérale avec un infarctus osseux, principalement au genou gauche. Cette dernière étant croissante et assez importante, les médecins refusent la pose d’une prothèse. Que dois-je faire,surtout que c'est très douleureux et que la gène est importante. Vers quels experts m'orienter?
28 ans , pas de sport

 

Merci de me répondre

Cordialement

F. D. 24480 Alles/Dordogne


Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

A-t-on déterminé la cause de cette ostéonécrose ou est-elle primitive (sans cause déterminée)?


Il est normal qu'à votre âge les médecins refusent la pose d'une prothèse. Est-on déjà intervenu chirurgicalement (curetage de la lésion...) et vous a-t-on déjà mis en décharge? Il est certain que l'évolution est le développement d'une gonarthrose mais tout ceci me paraît fort précoce.

 

Il faut que vous consultiez un bon chirurgien orthopédiste, spécialiste du genou, dans un centre universitaire. Faites confiance à ce qu'on vous conseillera.

 

Bonne chance.

 

Réponse de F.D.


Oui c'est dû à une prise de cortisone pendant 4 ans à 80 mg/jour. Il n'y à eu aucune intervention chirurgicale à ce jour. Comment dois-je voir mon avenir, et quelles sont les solutions médicales à ce jour?


Cordialement

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Les solutions chirurgicales pourraient être petits forages destinés à revasculariser, curetage de la lésion, transfert d'un greffon osseux vascularisé avec bourrage d'os spongieux, mais ce n'est qu'un chirurgien spécialisé qui pourra vous en dire plus selon l'importance de la lésion.

 

 

05.11.2007

 

Bonjour,

Je viens de lire le témoignage d'une personne de 49+ ans souffrant de la maladie de Haglund, je suis dans la même situation qu'elle, sauf que moi j'ai déja été opéré du tendon d'achille suite à une calcification de la bursite, tout s'est bien passé, mais après 2 ans je souffre à nouveau du pied qui a déjà été opéré, j'ai fait une échographie et une radiographie, et il y a récidive. Je souffre terriblement, de plus je suis enseignant en lycée technique et j'assure mon service toujours debout, je ne supporte plus de chaussures fermées ( à cause de mon tendon), j'ai essayé des semelles, mais rien n'y fait, le dernier médecin que j'ai contacté me dit que c'est peut-être à cause de mes pieds creux, dans ce cas que faire ?  Cette personne parle d'un examen biomécanique par podologue diplomé en biomécanique . J'habite en Guyane ce genre de professionnels paramédicaux n'existant pas, pouvez-vous me donner l'adresse d'un podologue diplomé en biomécanique soit sur Paris, Béziers ou Montpellier.

 

Merci pour votre aide, je souffre depuis 2 ans et je ne sais plus a quel saint me vouer.

 
F. H. (Guyane)

 

Réponse de EUROKINE.BE



Bonjour,

 

Effectivement un bon examen biomécanique du pied s'impose. Pour trouver une adresse en France, consultez le site de la Fédération Nationale des Podologues www.fnp.online.org, et vous pourrez interroger la rubrique "un podologue près de chez vous".

 

Bonne chance.

 

 

05.11.2007

 

Bonjour,

Je viens de découvrir votre site et j'en profite pour vous poser une question. Voilà mon probléme ,j'ai subi une arthroscopie du genou en 1996 suite à des douleurs au genou et à une instabilité durant 2 ans. Je vous marque le compte-rendu de l'opération:

*pas de problème ménisco-ligamentaire

*problème d'engagement rotulien avec rotule en conflit avec la berge externe de la trochlée à 15° de flexion puis se recentrant. Oedème de la crête médiane. J'ai toujours eu des douleurs mais sans plus et voilà qu'il y a 1 mois à peu près mon genou s'est bloqué et j'ai eu des douleurs terribles où je ne pouvais presque plus marcher pendant 2 semaines. J'ai manipulé mon genou et depuis j'ai des douleurs mais rien de bien énorme...

 

Voilà mes questions:

* dois-je consulter, même si mes douleurs sont minimes?

* que signifie le compte-rendu?

* qu'en pensez vous?

 

J'attends impatiemment votre réponse et j'espère qu'il y en aura une. Je vous remercie.Je ne sais pas si l'âge est important mais j'ai 32 ans. Merci


K.K. (France)

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Pour répondre dans l'ordre à vos questions:

1) je pense qu'il faudrait que vous reconsultiez un médecin orthopédiste spécialiste du genou

2) le compte-rendu de 1996 mettait en lumière un problème d'instabilité rotulienne

3) les choses ont probablement évolué depuis 1996.

Que vient-il de se passer?

Probablement une petite luxation de la rotule et peut-être une petite dégradation du cartilage.

La manipulation de votre genou a dû recentrer la rotule ou un petit séquestre cartilagineux s'est déplacé et ne gêne plus.

Il faudrait donc refaire une imagerie de votre genou pour voir son état actuel.

Avez-vous fait un traitement de kinésithérapie visant à renforcer la musculature interne pour éviter ce problème de déplacement de la rotule vers l'extérieur (type protocole de Mc Connel)?

Portez-vous lors du sport une genouillère avec anneau stabilisateur?(voir les autres réponses à ce sujet dans notre forum).

 

Bonne chance.

 

Y. X.

 

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

J'ai 27 ans et pratique le triathlon. Suite à un accident fin 2004 j'ai subi une méniscectomie externe au genou droit (arrière de l'articulation, environ 1cm²) en mai 2005. J'ai repris le sport (natation et cyclisme) en septembre 2005. Tous allait bien, aucune douleur. En 2006 j'ai participer à 2 triathlons longue distance (20 km et 30 km à pieds). Tout allait bien, aucune douleur. Cette année, j'ai participé à  des triathlons courte distance (max 5 km cap) en m'entraînant 2 séances de 30 min. RAS. J'ai ensuite participé à  un triathlon longue distance (20 km). Depuis cette dernière course, si je dépasse 30 min de course à pieds, je ressens une douleur au niveau de l'opération (une gène, je peux continuer l'effort). L'ajout d'une semelle plus amortissante du commerce n'apporte rien. En vélo, je peux pédaler 8 heures et je ne ressens rien. Au repose rien à signaler.

J'ai remarqué qu'après un arrêt de 3 semaines, la douleur ne revient pas tout de suite.

Sans charge, mon genou craque légèrement.

D'après cette description, pouvez-vous me dire d'où peut venir cette douleur?

Arthrose? Kyste? Une semelle particulière peut-elle me soulager? Dois-je arrêter totalement la course à pieds?

 

T D.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Seul un nouvel examen clinique par votre chirurgien orthopédiste + imagerie éventuelle pourra donner une réponse à vos questions.

S'il y a formation d'un kyste poplité, le genou devrait gonfler et l'imagerie le détectera. Il y a probablement un début d'arthrose qui s'installe. Le fait que la pratique du vélo ne déclenche pas les douleurs est un élément qui confirmerait ce début d'arthrose. La semelle amortissant les chocs est toujours à conseiller, et je vous conseillerais également pendant la course le port d'une genoullière de soutien (toujours avec évidement rotulien).

La décision à prendre concernant la poursuite de la course à pied dépendra des résultats des nouveaux examens.

Bonne chance.

 

Y.X. 

 

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

Il y a 5 ans je me suis fait une déchirure musculaire : 1 mois d’ arrêt de travail (sans radio ni écho). Il y a 1 mois la douleur est revenue violemment. Suite à une écho le kiné a découvert un kyste :  est-ce opérable ou serais-je toujours embêté. Je n ose plus faire de la marche ou du vélo. Merci de votre réponse

 

L.M. (France)

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Si la douleur est revenue après un mois c'est que la cicatrisation n'était pas encore complète et qu'il y a eu récidive. D'après moi, le kyste est soit la marque d'une cicatrice, soit le durcissement d'un épanchement, qui peut se résorber très lentement. En principe cela ne devrait pas être gênant à long terme et vous ennuyer. Il est rare que l'on doive opérer dans ce cas.

Bonne chance

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

Je suis coureur de course à pieds -  marathon et semi)

Depuis 2 ans tendinite fascia lata,

Apres 2 infiltrations, kiné, ondes de choc, mésotherapie, radio IRM, scintigraphie, semelle… 

J’avais repris depuis 6 mois et là ça recommence.

J’ai 49 ans (pas trop envie de l’opération )

 

J.-C. M. (Biguglia)

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Les traitements effectués me semblent valables. A-t-on fait une bonne analyse biomécanique de votre marche et course? Les semelles ont-elles été adaptées suivant ces résultats?

Je conseille en prévention des récidives, ce qui est le cas il me semble:

-exercices d'auto-étirements du TFL pendant la séance d'échauffement avant l'entraînement ou la compétition

-semelle avec coin postéro-externe dans la chaussure de sport.

L'intervention chirurgicale peut être nécessaire en cas de récidives trop fréquentes, elle donne de bons résultats et la reprise du sport peut se faire entre 4 et 8 semaines.

Bonne chance.

 

Y.X.

 

03.10.2007

 

Bonjour

 

En travaillant dans la vigne l'été dernier, je me suis fait une déchirure à l'arrière de la cuisse, ceci à cause de ma position en étirement pendant le travail (penchée en avant).

A l'époque le médecin m'a juste donné une pommade.

Cela fait un an que je n'ai pas fait de sport, assise trop longtamps je sens que ma cuisse est douloureuse et surtout que mon muscle n'est plus aussi souple qu'avant.

J'ai refait 1h30 de sport (abdo, fessiers et vélo) et depuis j'ai de nouveau très mal.

Comment faire pour véritablement me soigner? Comment reprendre le sport (je voudrais devenir pompier!)? Quel sport? Quelle quantité? Quelle intensité?

Merci!

 

M.R.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Je suppose que vous êtes jeune.

A-t-on fait il y a un an une échographie pour déterminer l'importance de la déchirure (simple contracture? élongation, déchirure?). Je suppose, si le médecin a seulement prescrit une pommade, qu'il ne s'agissait que d'une élongation ou même contracture.

A ce moment déjà vous auriez dû faire des exercices d'étirement progressifs sous la direction d'un kinésithérapeute.

Le fait de reprendre subitement le sport (1h30 en un coup) est une erreur. Quand on n'a plus fait de sport depuis longtemps la reprise doit être beaucoup plus progressive.

Allez revoir votre médecin pour évaluer votre état (y-a-t-il cicatrice, induration sur épanchement ou simplement diminution de l'élasticité du muscle?) Une échographie sera peut-être utile. Sur base de ces constatations le médecin vous prescrira un traitement de kinésithérapie destiné à assouplir la région atteinte et à réharmoniser votre musculature. La reprise du sport, très progressive, se fera en accord et sous les conseils du kinésithérapeute. Marche, natation, course à pieds progressive sont conseillées dans un premier temps. Commencer par un quart d'heure puis augmenter progressivement. N'hésitez pas à demander conseil à votre médecin et votre kinésithérapeute.

Bonne chance.

 

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

J'ai été opéré d'une fracture du péroné - malléole externe - le 5 juillet.

Je suis en séances de kiné plus ou moins "stratégiques", trois soignants, aucune fiche de soins, séances de durée irrégulières. Un ami m'emmène à la piscine (déjà trois séances) où je fais des exercices prudents et que je sens efficaces, pour la mobilité, la confiance en soi et la remusculation.

On m'a conseillé la glace pour réduire les oedèmes persistants.

Chez moi je bouge le pied quand je suis allongé, je le surélève, je le masse deux fois par jour avec le même produit que le kiné. Radio de contrôle de la plaque, le 30.

Que me conseillez-vous pour une bonne évolution de la situation ?

Comment en faire suffisamment sans trop en faire ?

Merci de me répondre et merci de ce site.

 

J.-C. F.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Il est d'abord dommage de voir que votre kiné ne semble pas être effectuée dans les meilleures conditions. Qu'appelez-vous "stratégiques"?

Quel âge avez-vous? L'appui total vous-a-t-il été permis?

Je ne puis vous donner que ces quelques conseils:

- la glace: très bien mais selon le protocole suivant: petit linge pour protéger la peau, mettre le sac de glace ou le cold pack 15' au maximum entouré d'une serviette éponge pour garder le froid. Immédiatement après cette application bander la cheville avec un bandage élastique (pas trop serré) ou une chevillière pendant deux heures. La surélévation est également très bonne.

- tout exercice de votre rééducation ne doit pas être douloureux et doit être très progressif. respecter les règles d'appui données par votre chirurgien.

Normalement au bout de 3 mois la consolidation devrait être acquise et la reprise des activités se faire normalement.

Je reste à votre disposition.

Bien à vous.

 

Y.X.

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

En surfant sur le net, j'ai pu voir que l'on pouvait vous poser quelques petites questions.

Souffrant de gonalgies gauche depuis 2 mois, j’ai fait une Radio qui à révelé une directe déviation en varus du genou et une hyperpression rotulienne externe bilatérale à prédominance gauche visible sur des incidences en défilé.

Par ailleurs, pas de modification articulaire.

La trame osseuse est réguliere.

Que faut il faire, à part les antalgiques et AINS pour diminuer la douleur et remédier à ce probleme?

Faudra-t-il envisager une opération ou juste de la kiné suffira ?

Faut il porter une genouillère, atelle?

Je vous remercie des suites données à cet e mail .

 

A.R. Nancy

sport : judo

sexe: Feminin

âge: 20 ans

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Le problème est fréquent chez les jeunes-femmes et il se résout parfois de lui-même avec l'âge.

Il est certain qu'il ne faut pas penser à l'opération pour le moment.

Commencez par une bonne kinésithérapie pour réharmoniser la musculature du genou et améliorer l'équilibre fémoro-patellaire: travail isométrique du vaste médial ++ et dynamique des fléchisseurs internes ainsi que des rotateurs internes en course interne. Le port d'une genouillère (avec anneau patellaire stabilisateur) peut être conseillé. Demandez à votre kinésithérapeute de suivre le protocole de Mc Connel basé sur des étirements externes (TFL++), des manoeuvres de translation interne de la rotule, une contention non élastique avec effet correcteur et un renforcement musculaire sélectif interne.

Dans la plupart des cas cette conduite conservatrice suffit.

 

Y.X..

 

03.10.2007

 

Bonjour

 

Je viens de découvrir votre site. Avant toutes choses, je voudrais vous féliciter de votre bilingusime intégral. J'ai aussi apprécié les réponses complètes et empathiques que vous donniez à vos correspondants.

Je vis en Tanzanie, en Afrique de l'Est. Ma maman, qui vit près de Jodoigne, en Belgique donc, et qui va avoir 76 ans dans quelques jours, va se faire implanter une prothèse totale du genou ce 20 septembre. Elle envisage un séjour de revalidation d'une semaine ou deux entre son séjour à l'hôpital et son retour à la maison. Il semble toutefois que les quelques centres de revalidation qu'elle a pu visiter jusqu'à présent l'aient fort déçue, déprimée même, tantôt parce qu'ils ressemblaient trop à un hôpital, tantôt parce qu'ils lui faisaient penser à une maison de repos... Elle cherche un endroit plus accueillant, à l'ambiance plus légère, au cadre plus naturel.  Elle envisagerait son opération avec toute la sérénité voulue si elle pouvait en trouver un. Auriez-vous des conseils à nous donner à cet égard ?

Grand merci

 

J.-P. V. Arusha, Tanzanie

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Merci pour votre appréciation sur notre site.

Je ne puis malheureusement rien vous conseiller dans ce sens. Effectivement, en Belgique, les centres de revalidation sont rares et très médicalisés, contrairement en France, par exemple, où ils sont plus nombreux et dans un environnement plus propice.

Cependant, j'estime qu'il n'est pas toujours nécessaire de passer par cette étape. En France, c'est systématique (cela coûte d'ailleurs très cher à la communauté) et cependant pas toujours nécessaire.

Je ne connais pas le degré de dépendance de votre maman, mais si antérieurement à l'intervention elle est en bonne condition physique et indépendante, elle peut très bien rentrer chez elle après l'intervention et suivre sa revalidation avec un kinésithérapeute venant quotidiennement à domicile. Il existe également en Belgique des structures d'aide à domicile pour toilette, soins, repas et petites tâches ménagères très efficaces (contacter sa mutuelle pour tous renseignements). Une prothèse du genou, sans complications, peut très bien rentrer à domicile et s'y débrouiller sans danger la marche avec deux cannes étant permise actuellement rapidement. Mais comme je l'ai dit cela dépend de l'état général du patient et de son degré de dépendance antérieur.

Je souhaite bonne chance et bon rétablissement à votre maman.

 

Y.X. 

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

Je me permets d'écrire un petit message pour avoir vos avis sur un " petit " problème : Le ménisque

En effet, suite à un vilain coup (sur l'insertion du péroné du genou droit) reçu pendant un match de foot, une grosse douleur est survenue mais le gonflement n'est apparu que quelques heures après.

Etant tout récemment embauché, je me suis forcé à aller travailler malgré un genou qui avait triplé de volume! Mon médecin généraliste a ensuite diagnostiqué une entorse mais à estimé qu'il ne fallait pas passer d'examens, car cela allait désenfler avec de la glace et des anti-inflammatoires...

2 mois après, très énervé, je reviens voir mon médecin  qui m'oriente vers un de ses collègues "soit disant spécialiste des échographies", lequel a quand même eu le culot de me dire que ma douleur était psychologique, car il ne voyait rien sur l'écho.

J’ai pris l’initiative d’aller voir un médecin spécialisé dans «  les membres inférieurs  » qui me fit passer une IRM dont les conclusions étaient : -fissure de la corne antérieure du ménisque interne avec le LCA ayant un aspect « frêle » dans sa portion supérieure !-

Le chirurgien ré-analysa mon genou après les résultats de l’IRM mais ne trouva aucune lésion du LCA, qui croire ?Il me proposa une infiltration pour soulager la douleur mais j’ai préféré refusé.

L’opération est prévue le 5 septembre et je l’attends avec impatience car cela fait désormais 5 mois que je pratique plus de sport  et je ne tiens plus en place.

Voila après vous avoir tout raconté lol, j’ai plusieurs questions qui me trottent dans la tète :

Quelle est la durée de convalescence (1 mois ?)

La rééducation s’effectue forcément chez le kiné ? Après combien de temps après l’opération ?

Le port de genouillère est-il important après ce genre de blessure ? (si ou quel type de genouillère)

J’attends vos avis avec impatience,

Je vous remercie par avance d’avoir pris le temps de lire et éventuellement de répondre à mon message,

Bonne journée à tous et à toutes.

 

Franck

 
Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Au vu de ce que vous me présentez, il est effectivement nécessaire d'intervenir au niveau du ménisque (régularisation du ménisque fissuré). Pour ce qui est du LCA, celui-ci n'étant pas rompu, une bonne rééducation renforçant la musculature du genou devrait suffire.

Pour répondre à vos questions:

1) après une méniscectomie interne par arthroscopie, la reprise du sport est normalement permise après un mois. Ne voulez pas brûler les étapes

2) la rééducation doit se faire chez un bon kinésithérapeute spécialisé dans le genou et peut commencer quelques jours après l'intervention. Dans votre cas elle sera couplée à la rééducation pour le LCA.

3) Une genouillère peut toujours être utile lors de la reprise du sport et certainement dans votre cas puisque le LCA est affaibli. Type de genouillère: toujours avec un évidement pour la rotule (anneau de recentrage) et un renforcement latéral. Demandez conseil à votre spécialiste ou à votre kinésithérapeute.

Bonne chance.

 

Y. X.

 

03.10.2007

 

Bonjour,

 

Je souffre de mal dans le bas du dos depuis presque une année. J'ai 56 ans, après avoir essayé kiné et anti-inflammatoires, mon orthopédiste m'a fait faire une IRM. En conclusion, il est inscrit : Tendinobursite du tendon du moyen fessier droit. On m'a prescrit des ondes de choc, que j'ai faites (1 séance) il y a deux jours, et dans la nuit qui a suivi, les douleurs ont augmenté et sont très importantes depuis. D'autre part l'orthopédiste m'a parlé d'opération si cela ne passait pas. Cela est il nécessaire et en quoi cela consiste-t-il ? Devrais je être immobilisée pendant longtemps ? Cela est-il urgent ?

 

A.-M. L. 91400 SACLAY

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Il se peut que l'effet des ondes de choc ne se fasse sentir que quelques jours après, une poussée douloureuse étant même possible au début. Plusieurs séances peuvent être nécessaires.

Lorsque vous avez suivi des traitements de kinésithérapie, le diagnostic précis n'avait pas été posé. Il serait donc utile de reprendre un traitement kinésithérapique plus ciblé avec réharmonisation musculaire de la région, étirements et électrothérapie anti-inflammatoire. Le repos dans des positions non douloureuses est conseillé de même qu'éviter tous mouvements déclenchant la douleur.

Il me semble trop tôt pour parler d'intervention chirurgicale. Ce n'est qu'après avoir épuisé les autres solutions (kinésithérapie, électrothérapie, infiltration) qu'on pourra y penser. Votre chirurgien pourra à ce moment vous éclairer sur la technique qu'il envisage et les suites opératoires, mais on en arrive rarement là.

 

 

16.08.2007

 

Bonjour,         

 

J'ai 22 ans et souffre d'un syndrome rotulien aux 2 genoux depuis quelques années. Je pratiquais pas mal de sport, sauf que maintenant tous les sports où je cours sont devenus impossibles car mon genou se bloque dès que j'accélère le mouvement. Radios, IRM, scanner, chirurgiens, rééducation.. ça n'a pas changé grand chose.. de plus les chirurgiens ont des avis bien différents en matière d'opération.            

J'ai eu il y a quelques jours un blocage très douloureux du ménisque en rentrant dans ma voiture : pompiers, urgences... je n'arrivais plus à bouger d'un mm.Cela a duré plus de 5h. La douleur s'est propagée de la fesse jusqu'à la jambe. Au moment où le chirurgien m'examine, il me dit qu'il faut me débloquer sous anesthésie locale. Sur le point d'être transférée dans une autre clinique, mon genou se débloque. Miracle !!    

Je porte actuellement une attelle et vais en consultation en clinique dans 2 jours.          

A quoi dois-je m'attendre? j'ai peur de me rebloquer le genou et de ressouffrir? Que dois-je faire?     

Merci pour votre réponse.      

 

A.C. Aspremont

 

Réponse de EUROKINE.BE

           

Le syndrome rotulien est une chose et effectivement les avis divergent quant à la solution à apporter. Une bonne rééducation basée sur une réharmonisation musculaire du genou en insistant sur la région interne et surtout isométrique donne dans la plupart des cas de bons résultats. En cas d'échec de cette rééducation, une intervention peut être proposée. Notez qu'en général, avec l'âge, le problème se solutionne.     

Pour ce qui est du blocage, il faut trouver si c'est un blocage méniscal ou dû à une souris articulaire (ostéochondrite disséquante). Radios, IRM, scanner auraient déjà dû éclairer vos médecins. Si ce n'est pas le cas, une arthroscopie exploratoire et éventuellement curative devrait être nécessaire. Si l'on constate une déchirure méniscale venant bloquer votre genou par moments, il faut la régulariser. S'il y a ostéochondrite avec fragment libre qui occasionne le blocage, il faudra l'enlever ou le refixer. Faites confiance dans ce cas à la décision de votre chirurgien orthopédiste.

Bonne chance. 

 

 

16.08.2007

 

Bonjour,         

           

J’ai 49 ans et je souffre depuis plus de 6 mois de douleurs dans les pieds. Bien que faisant un travail de bureau sédentaire,  je m’efforçais de marcher + ou -  5 à 8 km, 3 fois par semaine et m’étais inscrite à un club  afin garder une activité (non intensive).        

En décembre 2006, de violentes douleurs (très aigues) sont apparues dans les talons. Impossible de poser le pied  le matin ni de descendre un escalier ni de marcher après être restée assise longtemps.J’ai consulté un rhumatologue qui, en 5 minutes et sans faire ni radio ni autre examen,  m’a prescrit des semelles orthopédiques de confort  pour compenser, je cite,  « un affaissement de la voûte plantaire », j’ai eu également  des séances de physio et des anti-inflammatoires.     

Les douleurs se sont rapidement étendues aux chevilles et au talon d’Achille > médicaments augmentés  (piqûres) et variés  sans aucun résultat.     

J’ai donc insisté auprès de mon médecin traitant pour que l’on me fasse au moins des radios. Celles-ci ont mis en évidence une aponévrosite plantaire et des épines calcanéennes bilatérales. J’ai donc consulté un chirurgien orthopédiste dans l’espoir de trouver une solution aux douleurs ;  j’avais entendu parler de traitement par ondes de chocs (laser).          

Une échographie a révélé une tendinite d’Achille des 2 pieds, plus importante à droite.   Le médecin m’a fait des infiltrations de cortisones dans les talons d’Achille et dans la plante du pied,  alléguant que les douleurs ne venaient pas des épines mais de la tendinite ;     

de nouvelles séances de kiné ont été aussi prescrites.  

Au bout de 3 jours,  les douleurs sont revenues plus fortes que jamais  au point de gagner la région des articulations du métatarse (douleur de pied cassé en permanence  en plus de celle de tire-bouchon que l’on enfonce dans le talon).    

Entre-temps, le kiné m’a conseillé de faire réaliser un examen biomécanique par un podologue, il s’agit d’une étude par logiciel du positionnement du corps  lors de la marche, des points  d’appui et de pression du corps.   

Le rapport est assez alarmant, bassin  mal positionné, valgus, et centre de gravité complètement à l’ouest  pour ne citer que ça.            

Le plus drôle, si j’ose dire,  c’est que l’étude a démontré que j’avais des pieds creux et non pas affaissés comme diagnostiqué initialement, d’où évidemment une mauvaise répartition de tout le poids de mon corps sur mes pieds notamment sur les talons.        

Des orthèses fonctionnelles ont donc été réalisées sur mesure, elles sons chères et non remboursables par la mutuelle mais  je les porte tout le temps. Inutile de vous dire que j’ai pu jeter les premières semelles de confort.        

Je souffre toujours par « crise » surtout après une marche ou une station debout  prolongées mais une nette amélioration est toutefois constatée  le matin  surtout au lever  et pour descendre un escalier.          

Un mois de repos et quelques séances de kiné plus tard (étirements pour l’essentiel), un contrôle chez l’orthopédiste  avec échographie montre toujours une aponévrosite du pied droit, le gauche est pratiquement guéri.           

Le médecin programme donc une IRM  afin d’envisager la nécessité une intervention chirurgicale au niveau de  l’aponévrose ???         

Pouvez-vous me donner votre avis avant de me lancer dans une opération qui nécessite, d’après le médecin, d’être plâtrée durant 3 mois + de la revalidation.  L’intervention est elle délicate ?    

En bref, je suis un peu déroutée par notre médecine qui travaille à l’économie, j’ai perdu 6 mois d’une vie sociale, me suis gavée de médicaments qui ont provoqué des troubles du foie et de l’estomac. En tout cas,  j’ai bien eu la nette impression d’être un numéro dont on se fout royalement.  

Si mon cas peut servir à tout ceux qui souffrent comme moi, je conseille l’examen biomécanique  par podologue diplômé en biomécanique et les orthèses fonctionnelles sur mesures.     

Je vous remercie.

 

A DG  

 

Réponse de EUROKINE.BE          

 

Votre parcours illustre malheureusement un des grands torts de notre médecine: soigner la symptomatologie et oublier de rechercher la cause. Vous êtes sur la bonne voie: un bon examen postural, des semelles adaptées et des étirements. Continuez dans ce sens.          

Je pense que l'amélioration se marquera également à l'autre pied et que le recours à l'intervention chirurgicale (lourde et pas toujours efficace à 100 %) ne doit pas être envisagée pour l'instant.

Donc pour le moment ménagez-vous, continuez à étirer et porter les semelles (une légère élévation des talons par une petite talonette peut être utile).

Attention les ondes de choc (vibrations) n'ont rien à voir avec le laser (lumière de haute intensité). Elles sont effectivement utilisées avec succès dans certains phénomènes inflammatoires tendineux).

Merci de votre témoignage et bonne chance.

 

 

16.08.2007

 

J’ai une fissure sur la corne postérieur du ménisque interne au stade 2b, pensez vous que cela puisse se résorber sans intervention ?   

Tout cela est dû a un trop grand entraînement en course a pieds .

C.M. France

 

Réponse de EUROKINE.BE

           

Ma réponse est nette: non. Peut-être que cela peut redevenir quelques années asymptomatique mais il ne faut ps espérer que cela se guérisse totalement. Le grand risque que vous courrez en retardant l'intervention est que le ménisque, de par sa surface abîmée, endommage le cartilage et qu'il y ait évolution plus rapide vers l'arthrose. Surtout que vous êtes sportif et mettez fort en charge votre genou. Je me souviens que lors de la première intervention méniscale que j'ai vue, chez un jeune sportif de 20 ans, on voyait déjà sur son cartilage articulaire l'empreinte de sa déchirure méniscale.

Mon conseil est donc: n'hésitez pas à vous faire opérer. Au plus tôt est le mieux. Il s'agit d'une intervention simple effectuée sous arthroscopie. La seule chose est de ne pas vouloir reprendre le sport trop tôt. Pas avant un mois pour un ménisque interne.

Bonne chance

Y.X. 

 

 

16.08.2007

 

Bonjour,         

           

Le 10 mai 2007 suite à un accident grave de la route, j'ai eu plusieurs fractures. En ce moment je fais toujours la reeducation pour ma rotule. J'ai peur de boiter ou de ne plus plier ma jambe comme l'autre. Pouvez vous me dire combien de degrés je vais théoriquement récuperer       

Je suis du sexe feminin et j'ai 23 ans

           

C. S. Genève.

 

Réponse de EUROKINE.BE          

 

Bonjour,

Impossible de répondre à votre question sans voir le cas concrètement. La récupération est très individuelle. Faites confiance à ce que vous dit votre médecin et votre physiothérapeute. Deux conseils:   

1)  ayez de la patience, la récupération de la flexion se fait lentement et cela peut s'améliorer longtemps. Même une récupération incomplète vis à vis de l'autre jambe n'est pas invalidante si la flexion dépasse 100-110°. La récupération d'une bonne extension est aussi importante.

2) Ne jamais forcer et la rééducation ne doit pas être douloureuse.

Bonne chance.

 

 

24.06.2007

11.06.2007

01.04.2007

 

Je viens de tomber par hasard sur le FORUM de votre site internet. J'aimerais vous poser une question.

Je suis une femme de 55 ans non sportive.

J'ai une hernie hiatale et mon kiné mézièriste me propose une manipulation mise au point par Françoise Mézières pour refaire passer mon estomac sous mon diaphragme (en gros, on empoigne l'estomac et on tire très fort dessus). Il m'a prévenue que cette manipulation est douloureuse ce qui me fait penser qu'elle doit être assez brutale! La connaissez-vous? Comporte-t-elle des risques? Si oui, lesquels?

 

E.L. Villeneuve d’Asq

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Je ne connais pas cette manoeuvre mais si votre kiné est un bon méziériste, je pense que vous pouvez la tenter.

Dans les cas d'hernie hiatale par glissements intermittents on conseille également:

° exercices abdominaux (statiques)

° exercices respiratoires diaphragmatiques (localisation postérieure gauche++)

° lutte contre la cyphose (chaînes musculaires) et techniques de dégagement diaphragmatique (donc ce dont vous parlez).

Merci de nous tenir au courant de l'évolution.

 

Un grand merci pour votre réponse au sujet des techniques de dégagement diaphragmatique pour la hernie hiatale.

J'ai finalement renoncé à demander cette manoeuvre, ne connaissant pas suffisamment le kiné qui me la propose. Le gastro-entérologue m'a, d'autre part, dit que, de toutes façons, l'amélioration (si amélioration il y avait) ne pourrait être que temporaire.

 

E.L.

 

Réponse du 11.06.2007

J'ai 60 ans et je suis suivie par mon ostéopathe qui pratique la viscéralgie. Il m'a déjà fait cette intervention sur l'estomac à 3 reprises. C'est assez douloureux mais sans risques. Il faut bien respirer et ça reste sensible pendant 1 jour ou deux.

 

L.M.  Vanves

 

24.06.2007

"Grand merci pour ce témoignage. J'en ai eu un autre entre temps: l'effet bénéfique a été de très courte durée pour la personne concernée. J'ai donc renoncé à cette manoeuvre de dégagement.

Cordialement".

E.L.

 

 

19.06.2007

 

Bonjour

 

J ai 26 ans et une dysplasie rotulienne. A l'âge de 17 ans, on m'a opérée et depuis la rotule gauche ne se déboite plus.

Mais je fais des épanchements de synovie, 2 en 2006 . On finit en ponction, genou énorme avec du sang dedans. J'ai mal quand il pleut, avec le vent, je ne peux pas me baisser car j'ai besoin de quelqu'un pour me  redresser... Douleurs de plus en plus fréquentes qui me pourrissent la vie.

J'aimerais faire un peu de sport pour me changer les idées, déstresser, et me maintenir en forme. Quel sport pouvez vous me conseiller?  Car le moral est pas beaucoup au beau fixe...

Pour une grossesse, comment arriver à concilier prise de poids et  dysplasie rotulienne?

 

Merci 

A.R. Berre-L’Etang

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Problème complexe.

Je suppose que tout concerne votre genou gauche opéré quand vous aviez 17 ans.

Il faut certainement ménager votre genou (voir les conseils d'économie articulaire dans de précédentes réponses du Forum): pas d'escaliers, pas de flexions profondes des genoux etc.

Avez-vous suivi un traitement kinésithérapique de renforcement du genou basé sur un renforcement musculaire interne ++ mais toujours en isométrique? Le port d'une genouillère avec évidement central et anneau stabilisateur pourrait également vous être utile lorsque vous marchez ou faites du sport.

Pour ce qui est du sport, la marche en terrain plat - golf, le vélo sans résistance (petit développement), la natation (crawl mais pas de brasse), et tout sport n'entraînant pas de flexions du genou et des mouvements brusques.

Pour ce qui est de la grossesse: prise de poids minimale... et encore plus faire attention à épargner le genou.

Quand votre genou commence à gonfler: cryothérapie (glace) 15 minutes et bandage ou genouillère ensuite pendant 1 heure (voir modalités précises dans réponses précédentes du forum).

Bonne chance.

 

 

19.06.2007

 

Bonjour,

 

Femme de 38 ans, mère de 2 enfants (2,5 ans et 5 ans, donc ça bouge!!), sportive.

Il y a 18 mois, en pratiquant du yoga (position du lotus), j'ai senti mon genou gauche lâcher. Ayant déjà subi une arthroscopie du genou droit en 2003, j'ai immédiatement pensé à une lésion du ménisque interne. Après avoir laissé traîner les choses pendant une bonne année avec des épisodes douloureux suivis de périodes plus calmes, j'ai été consulter un orthopédiste qui m'a envoyé faire une IRM. Diagnostic tombé au mois de mars: lésion dégénérative du ménisque interne gauche. Le médecin m'a proposé une arthroscopie - date prévue le 16 mai. Or, depuis quelques semaines maintenant les douleurs se sont résorbées et je commence à hésiter sérieusement à l'idée de me faire "charcuter" une fois de plus. Ai-je intérêt à me faire opérer, même si en ce moment je n'ai plus mal, ou vaut-il la peine de laisser les choses en l'état tant que les douleurs se maintiennent dans la limite du supportable? Quel risque y a-t-il à ne rien faire? Merci de votre réponse.

 

N. P. Suisse

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Lors de l'arthroscopie de 2003, y a-t-il déjà eu un geste sur le ménisque (régularisation d'une éventuelle déchirure...)?.

De toute façon vous avez tout intérêt à effectuer l'arthroscopie lors de laquelle votre chirurgien régularisera la lésion dégénérative en essayant de laisser un maximum de ménisque sain. Même si vous n'avez plus mal maintenant, s'il y a une irrgularité dans le ménisque, celle-ci continue à détériorer le cartilage sous-jacent et à accélérer le processus d'arthrose et vous risquez de plus gros problèmes ultérieurs.

Faites confiance à votre chirurgien.

Bien à vous.

 

 

19.06.2007

 

Bonjour,

Ma fille qui a 16 ans a un genu valgum. Depuis des années, elle consulte des orthopédistes dont un a conseillé le port de semelles orthopédiques mais le problème ne s'est pas résolu. Est -il nécessaire d'en porter? Que faire pour y remédier afin de diminuer l'écart malléolaire? Merci de votre réponse

 

V. M. 7333 Tertre

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

On distingue genu valgum bénin où l'écart malléolaire ne dépasse pas 5 cm et genu valgum important où l'écart malléolaire dépasse 5 cm.

Dans le premier cas, la correction se fait le plus souvent naturellement, une gymnastique de tonification musculaire au niveau des jambes et des pieds (pied plat valgus) peut être utile.

Dans le second cas, on peut envisager une solution chirurgicale (épiphysiodèse transitoire ou agrafage du cartilage de conjugaison vers 12-13 ans ou plus tard après la fin de la croissance une ostéotomie cunéiforme).

Une kinésithérapie régulière associée à des exercices quotidiens à la maison (appris chez le kiné) peut également aider (voir indications p. 351 du Vade-Mecum de kinésithérapie - 5e édition - Y.Xhardez et collaborateurs - Editions Maloine - Paris et Prodim - Bruxelles).

Le port de semelles orthopédiques pour lutter contre le pied plat valgus associé est effectivement conseillé.

Comme votre fille a 16 ans, je pense qu'il faut attendre la fin de la croissance pour faire le point et il n'est pas trop tard pour renforcer sa musculature des membres inférieurs.

A votre service.

 

 

19.06.2007

 

Bonjour

J’ai  26 ans maintenant et ça fait 1 an que je souffre d’une chondropathie rotulienne.

Cela a debuté en revenant de mon travail dans la montée des escaliers, j’ai commencé à sentir une douleur, j’ai été voir le médecin. Il  m’a mis en arrêt maladie juste 2 jours et ma chondropathie n’a été diagnostiquée que 2 mois plus tard.

Je suis allée à Londres car ça fait un moment que je devais le faire. Malgré les séances de kiné que je faisais en France mes douleurs persistent. Que puis-je faire ? Je ne sais pas si le fait d’utiliser moi-même ma machine comme le kiné me l’a montré suffit et il m’a dit de mettre de la glace aussi tous les jours.

Pourriez vous me conseiller et me dire s’il y a des remèdes car cela fait longtemps que ça dure. Dois-je revenir en France et continuer mes séances ? Ai- je toujours le droit de marcher longtemps ou cela peut-il aggraver mon cas?

Merci de vos réponses.  Donnez-moi un espoir svp.

 

O. D. - 94230 Cachan

 

P.S. : Je suis une femme de 26 ans et je faisais de la danse mais pas comme sport juste comme hobie et j’ai arrêté de faire du volley il y a 2 ans. Je n’en ai fait que pendant 1 an.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Voyez tout d'abord sur notre site dans la rubrique Forum les conseils donnés précédemement en cas de chondropathie rotulienne.

En résumé: pas de flexions profondes des genoux, pas de mouvements avec résistance (le vélo en terrain plat et petit développement est seul autorisé). La marche en terrain plat est également conseillée. Le port d'une genouillère avec évidement rotulien et anneau stabilisateur peut également vous aider.

Toute kinésithérapie doit se faire sans résistance forte, sans douleur et dans les derniers degrés d'extension. La prise régulière (au moins pendant trois mois et ensuite à renouveler régulièrement) de chondroïne avec de la glucosamine (type oro- ou procartyl) est également utile.

Bonne chance.

 

 

19.06.2007

 

J'ai 36 ans, je suis mère au foyer et je ne pratique aucun sport. Après des mois de douleurs du genou gauche j'ai passé une IRM qui a détecté une fissure du segment postérieur et moyen du ménisque médial et une chondropathie patellaire débutante.

Pourriez-vous m'expliquer ce que c'est, et le traitement et s'il faut une opération ?

Ne faisant aucun sport et n'ayant jamais eu de soucis particuliers avec mon genou, comment peut-on se faire ça ?

Merci d'avance

G.P.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

 

Même une mère au foyer a des activités physiques, peut se tordre le genou sans s'en apercevoir, ou cela s'est passé il y a des années (par ex. dans l'adolescence) sans grands signes cliniques.

Les fissures décelées dans votre ménisque et qui sont maintenant symptomatiques demandent une intervention chirurgicale par arthroscopie. Au cours de cette intervention qui se fait sous anesthésie générale ou segmentaire, le chirurgien régularisera le ménisque en enlevant les parties fissurées et en essayant de garder un maximum de ménisque intact. La sortie de clinique se fait souvent le jour même, marche avec cannes quelques jours et la reprise des activités normales se fait au bout d'une semaine en ménageant le genou. Kinésithérapie si nécessaire puis reprise tout à fait normale au bout d'un mois. Ne pas vouloir aller trop vite...

La chondropathie patellaire débutante est un début de dégénérescence du cartilage de la rotule. Une économie articulaire du genou est préconisée (voir réponses précédentes dans le forum) mais à ce stade il ne doit pas y avoir de nécessité d'intervention. Notez qu'en entorse du genou, même ancienne, peut être à la fois cause de fissure méniscale et de chondropathie à longue échéance. Un renforcement du genou chez un bon kinésithérapeute s'impose alors.

Tout ceci n'est qu'une information et votre chirurgien orthopédiste et votre kinésithérapeute sont mieux à même de vous expliquer le traitement nécessaire.

Bien à vous.

 

 

19.06.2007

 

Bonjour,

J'ai 30 ans et l'année passée, suite à un accident au foot,  j'ai subi l'opération du ligament latéral antérieur du genou gauche. L'opération s'est bien déroulée et d'après le chirurgien, il n'était pas nécessaire d'intervenir sur le ménisque qui était abîmé mais pas instable. Après 10 mois, en jouant au tennis, je me suis re-blessé au même genou (en retombant d'un saut). Après examen, il s'avère que la greffe du ligament à cassé et donc, cela nécessite une nouvelle intervention chirurgicale. La première greffe à été prélevée sur le tendon rotulien. J'aimerais savoir si une nouvelle opération pourait entraîner des complications, ce qu'il est possible de faire, si on peut utiliser à nouveau le même canal pour greffer un nouveau tendon, où peut on le prélever ?...

Est-ce normale que cette blessure survienne après 10 mois ?

Merci d'avance pour votre réponse.

 

F.P , Namur

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Malheureusement ce n'est pas rare qu'une plastie du LCA cède après 10 mois. N'avez-vous pas repris trop vite les activités sportives? Une bonne rééducation a-t-elle été effectuée? Deux règles d'or: ne pas vouloir reprendre trop vite et bien rééduquer...

De toute façon il faut maintenant réintervenir.

Soit le chirurgien décide de réutiliser un portion du tendon patellaire mais celui-ci est déjà peut-être trop fragilisé (on peut également utiliser un transplant libre isométrique prélevé de l'autre côté), soit on peut employer une transplantation du droit interne et du semi-tendineux. Tout ceci doit être soigneusement choisi par votre chirurgien.

Faites lui confiance.

 

 

19.06.2007

 

Je souffre depuis cinq mois d'une douleur sous le pied gauche. Cette douleur apparaît sur la partie qui se trouve avant les orteils et qui termine le posé du pied lors de la foulée.Lorsque j'ai une activité physique, pendant 15 minutes tout va bien puis la douleurs apparait.

En fin de journée, si je suis resté trop longtemps debout la douleur apparait aussi. J'ai fait une radio et le diagnostic a été : probable pathologie aponévrotique plantaire.Comment puis-je me soigner ?

Sports : course - 3 fois / semaine - tennis / 1 fois par semaine - golf 3 fois par semaine.

J'ai naturellement baissé le footing, un / semaine - supprimé le tennis depuis un mois / pour le golf la station debout est pénible au bout de 30 minutes.

Cordialement

 

F.R. - Sénégal

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Il est difficile de répondre car un diagnostic de pathologie aponévrotique plantaire est assez vague (s'agit-il d'une véritable aponévrosite plantaire - madadie de Ledderhose - ou de métatarsalgies statiques). Dans le cas de métatarsalgies statiques, les causes peuvent être diverses et être constituées par divers déséquilibres de l'appui antérieur. (syndrome d'insuffisance du premier rayon, syndrome d'hyperpression du premier rayon, syndrome de surcharge totale).Il est certain que la réduction de l'activité physique est une bonne chose pour le moment pour réduire le phénomène inflammatoire.

Un bandage élastique de l'avant-pied et surtout le port de semelles orthopédiques adaptées au déséquilibre présent sont conseillés. Massage décontractant du pied, mobilisation de toutes les articulations du pied, étirements de l'aponévrose plantaire sont utiles mais tout ceci doit dépendre d'un bon examen statique du pied préalable. Des semelles amortissant les chocs sont également utiles.

 

Bonne chance

 

Réponse de F.R.

 

Je vous remercie de votre réponse et du temps que vous vous consacrez.

Sur internet j'ai recueilli des informations sur l'aponévrotique plantaire et il n'y a rien de réjouissant. C'est une pathologie difficile a cerner.

Je me permets de vous envoyer en pièce jointe mes deux radios scannées et le croquis d'un pied avec ma zone de douleur qui est entre les deux traits.

Une méthode pour soigner mon mal serait une thérapie par onde de choc mais l'appareil n'existe pas à ma connaissance à DAKAR.

Pour être certain qu'il s'agisse d'un problème d'aponévrotique je pense faire soit un IRM soit une écographie.

Quelles est le meilleur choix ?

Je vous remercie de votre compréhension.

Cordialement

 

Réponse du Docteur H.A. – Médecin du sport – 1200 Bruxelles

 

D'après l'endroit où se situe la douleur, il semble que l'on soit devant un cas de "métatarsalgies". Les diagnostics les plus fréquents chez le coureur sont d'abord la fracture de fatigue d'un méta, la surcharge de la tête des métatarsiens et plus rarement le syndrome de Morton. Dans tous ces cas la radiographie standard n'éclaire pas le diagnostic. L'échographie n'a pas d'intérêt non plus. La RMN permettra de voir l'éventuelle fracture de fatigue d'un méta ou un névrome de Morton. En ce qui concerne la prise en charge, je pense qu'un examen dynamique de la marche et de la course s'impose. Car il ne suffit pas de traiter le symptôme mais de s'attaquer à la cause, qui, dans ce cas-ci, peut-être multiple: raideur de complexe suro-achiléo-plantaire, instabilité arituculaire, pronation tardive du premier rayon, majoration du couple de torsion du tarse,...).

En ce qui concerne l'aponévrosite plantaire, elle donne des douleurs sous le talon, surtout le matin lors des premiers pas et en journée en fonction de l'activité. La radiographie ne permet pas non plus de donner formellement le diagnostic, dans la mesure où l'existence d'une épine calcanéenne n'est pas synonyme d'aponévrosite et inversémment, un calcanéum normal à la radiographie n'exclut pas une aponévrosite. Le diagnostic est avant tout clinique. Il peut être confirmé par échographie ou mieux par IRM.

 

 

19.06.2007

 

Bonjour,

 

Je faisais beaucoup de VTT et course à pieds en 1995 -96 jusq'au jour où j'ai ressenti une douleur à mon genou droit.

En effet, un dimanche matin après environ trois heures de VTT, j'ai eu une douleur de plus en plus forte à l'extérieur de mon genou droit, m'obligeant à pédaler avec une seule jambe. Depuis, plus moyen de faire du vélo ou de la course à pieds (sur de longues distances). En plus mon genou gauche s'y est mis également. Par contre, pas de problèmes en skiant par exemple.

De longues recherches chez des médecins du sport, kinés, chirurgiens, etc. ont été nécessaires pour trouver l'origine du mal.

Diagnostic : inflammation du tenseur fascia lata.

Remèdes essayés :     - ostéo

                                 - chiro

                                 - mésothérapie

                                 - étirements

                                 - kiné

                                 - ondes de chocs

                                 - semelles ortho (plusieurs paires)

                                 - j'en passe et des meilleures

                                 - ......

 

Seules les semelles accouplées à des séances d'étirements ont eu quelques effets l'an passé, mais de courte durée.

 Je cherche la solution depuis des années, mais chaque période d'espoir se solde par une nouvelle désillusion.

De fait je fais de moins en moins de sport et perds de ma masse musculaire, ce qui m'amène à la question suivante.

J'ai lu dans un forum qu'en se remusclant, la bandelette de Maissiat s'écarterait du genou et éviterait les frictions. Qu'en pensez vous?

On m'a parlé également d'une opération, le débridement et release du tendon ilio-tibial. Là aussi, qu'en pensez vous ?

Si vous avez d'autres suggestions, je suis preneur.

 

Bien à vous

 

F. R.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

De tout ce que vous me citez comme traitements pour ce qui semble effectivement être un syndrôme de la bandelette ilio-tibiale, seuls les étirements (qui doivent toujours être effectués pendant la séance d'échauffement avant l'effort) et la semelle avec coin postéro-externe (lutter contre le varum du genou) peuvent être efficaces + le repos. La cryothérapie et l'électrothérapie anti-inflammatoire peuvent aider mais ne résolvent en rien le problème mécanique. En cas d'échec du traitement conservateur, il faut se résoudre à la chirurgie (section des fibres postérieures au niveau des lésions, plastie en Z ou ouverture en croix...). Cette chirurgie  permet une reprise de l'actvité sportive après 4 à 8 semaines.

Je n'ai jamais entendu que la remusculation (ou alors en excentrique) pourrait avoir un effet positif si ce n'est de lutte contre un varum du genou.

Bien à vous.

 

Y.X.

 

 

25.04.2007

 

Goededag,         

                       

Ik ben zo vrij van mij tot u te richten, betreffende de toepassing van kunstmatig kraakbeen in kniepathologie. Onlangs heeft men op de t.v. een aankondiging gedaan dat een belgische studiegroep een revolutionair product op de markt brengt. Dit zou een kunstmatige laag zijn, die het kraakbeen vervangt en alzo het plaatsen van  een knieprothese uitstelt. Kan u mij inlichtingen hierover opzenden, of een adres opgeven voor nadere informatie.           

 

Hopende op een gunstig antwoord, teken ik hoogachtend,

O.H., Antwerpen.

 

Antwoord van EUROKINE.BE

 

Wij vonden geen toepassingen met kunstmatig kraakbeen in kniepathologie.  Wij stelden de vraag aan Dokter Clemens, één van de beste specialisten voor de knie in Brussel : hij was hiervan niet op de hoogte.  Waarschijnlijk gaat het om een visceus vloeibaar product dat men in de knie injecteert op basis van hyaluronaat (type Hyalgan) en dat de eigenschap heeft om de knie als het ware te smeren en de evolutie van arthrose af te remmen.  In dit geval is dit niets nieuws omdat men dit al jaren toepast.  De resultaten zijn echter middelmatig. 

 

 

15.04.2007

 

Bonjour,

J’ai 21 ans, je suis prof de fitness, et j’ai été opéré par arthroscopie du ménisque externe, en septembre 2006. Aujourd'hui, mon genou est toujours pas au top, étant Varum de 4°, et ménisque interne touché. La solution de l'Ostéotomie m'a été proposée. A mon age, quelle est la solution? Devrais-je me recycler ? La pratique intense d'activité physique est-elle possible aprés ostéotomie et ce sur le long terme...?

 

B.B. - France

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

J'ai demandé l'avis d'un excellent spécialiste du genou.

Son avis est clair:

Prudence car c'est la méniscectomie externe qui entraîne probablement les ennuis actuels.

Pour le ménisque interne: voir le protocole et s'il y a vraiment lésion réopérer et résection a minima.

 

Personnellement j'ajouterais ceci:

- une méniscectomie externe est plus fragile et doit être protégée plus longtemps. N'avez-vous pas repris votre sport trop tôt?.

- une ostéotomie me semble actuellement une solution trop rapide et bien qu'elle donne de bons résultats la convalescence est longue et il faut soigneusement peser le pour et le contre.

Il est certain qu'il faudra peut-être songer à ménager votre genou. Par exemple, savez-vous que le 'STEP' est l'activité fitness la plus contraignante pour le genou...

Bonne chance.

 

 

15.04.2007

 

Bonjour,

 

Homme de 30 ans, j'ai pratiqué la course à pied pendant 7 mois environ 35 kms par semaine. Après un arrêt de quelques semaines, en reprenant j'ai eu une douleur sur le côté externe du genou. Après repos idem. Diagnostic Tendinite du TFL. Après Kiné MTP, semelles ortho, médecin sport  - 2 séances méso infrcutueuses, 2 infiltrations la douleur est toujours présente après 10 minutes de CAP. Pas de douleur en vélo ( max 45 kms sans cale-pieds) . Second médecin sport qui, après test de Noble etc, répond RAS. Il pense à une fissure du ménisque. Le ressenti est bien sur le côté du genou avec réveil d'abord sur la partie haute externe du tibia puis diffusion vers l’arrière cuisse. Qu'en pensez vous ?

 

V.B.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

35 km par semaine pendant 7 mois, si vous n'y étiez pas habitué, représentent un fameuse surcharge pour votre organisme.

Si la tendinite du TFL a été écartée il faut élargir les examens. Effectivement une lésion du côté du ménisque externe et du point d'angle postéro-externe (poplité) peuvent engendrer ce type de symptomatologie. Un bon examen clinique et radiologique (arthrographie ou scanner ou IRM) objectivera probablement le problème.

En attendant si le vélo ne vous fait pas mal, continuez et ménagez votre genou en évitant toute surcharge (les longues courses en sont certainement une...).

Bonne chance. 

 

 

13.04.2007

 

Bonjour,

 

J'ai 21 ans et cet hiver j'ai pratiqué la natation pendant 3 mois (brasse 2 à 3 fois par semaine). J'ai commencé à ressentir une douleur à l'intérieur du genou gauche, donc j'ai arrêté de nager la brasse. Mais le plus gros problème est que j'ai l’impression que mes hanches ont bougé vers l'extérieur, surtout sur la jambe gauche. J'ai maintenant un écart important entre les jambes et des hanches proéminantes. C'est assez gênant au niveau de la marche et de la course, et j'ai maintenant le genou gauche qui craque constamment (vélo, escalier, etc). Mais surtout cela me complexe énormément, c'est comme si j'étais déformé. Qu'est ce qui a bien pu se passer? Et que faire pour régler ce problème?

 

Brian C.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Ne vous en faites-pas: on ne se déforme pas comme cela en quelques mois en faisant de la natation.

Peut-être vous êtes-vous assoupli ou fortifié.

La douleur que vous ressentez peut provenir d'un problème méniscal.

La première chose à faire: vous faire examiner par un bon médecin orthopédiste ou du sport, ou par un kinésithérapeute qui effectueront un examen clinique et biométrique sérieux. Vous verrez alors beaucoup plus clair.

Bonne chance.

 

 

10.04.2007

 

Bonjour,

J’ai débuté mes soucis par des sensations de fourmillements du gros orteil droit et un peu autour lors des stations assises prolongées il y a 30 ans. Puis survenues de sensation de lourdeur au niveau du testicule droit en même temps que les fourmis  du pied dans les mêmes circonstances de survenues. Poursuite du jogging 2 h par semaines puis au fil des ans les fourmis sont de plus en plus fréquentes et deviennent permanentes avec sensation de fesse droite dure en position assise. Il y a 8 ans lumbago aigu lors d’ un mauvais mouvement et hernie discale au scanner. Deux épisodes dont le dernier il y a un an s’est terminé par une impossibilité de relever le gros orteil et la chirurgie en urgence…qui me fait récupérer instantanément la paralysie mais aggrave considérablement les fourmis de l’orteil avec maintenant plante douloureuse à l’appui, tension du muscle en avant et à l’extérieur du mollet et surtout douleur intense tres localisée près du sacrum en haut de la fesse m’empêchant de me rendormir non améliorée par le repos et les médicaments. Mon rhumato me parle de saccoradiculographie sous scanner car il y a toujours une hernie. Pour moi il me semble que tout est lié à un problème de position de la jambe car j’ai remarqué depuis mon adolescence que le pied droit marche en canard alors que le gauche est droit. La position assise, le fait de me lever, la fin de nuit et les premieres heures d activité deviennent une épreuve…merci de me conseiller

 

J.-L. B. Malmeillas

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Toute votre anamnèse est caractéristique d'un problème discal avec atteinte du nerf sciatique.

L'intervention d'urgence a heureusement solutionné le problème moteur récent (les fibres motrices n'ayant pas eu le temps de se détériorer) mais la persistance et la revenue des problèmes de sensibilité peuvent s'expliquer de deux façons:

- les fibres de la sensibilité, ont été détériorées au fil des ans et ne peuvent se régénérer.

- votre hernie n'a pas été complètement enlevée, ou il y a une récidive au même niveau, ou il reste un phénomène inflammatoire.

Je pense effectivement que seul un nouvel examen radiologique est indispensable pour évaluer la situation.

Merci de nous tenir au courant.

 

 

10.04.2007

 

Bonjour,

 

J’ai 34 ans.

Après de gros efforts en sport (gym) ainsi que 7 heures de travail debout, j'ai ressenti une grosse douleur dans le genou gauche. Je suis allée chez mon docteur qui m'a annoncé une entorse (3e sur ce genou). Plusieurs jours ainsi (10jours), continuant le travail avec une genouillière, je souffrais de plus en plus, alors je suis allée voir une collègue de mon docteur en vacances. Elle m'a fait un arrêt ainsi qu'une ordonnace pour un artroscanner.

Je suis allée hier pour effectuer cette examen, rien que la piqure m'a encore augmenté la douleur, réponse du docteur en radiologie : vous avez des morceaux de cartilage dans le genoux.

Voici le compte-rendu de l'arthroscanner:

l'examen ne montre qu'un minime lésion chondrale de la facette rotulienne interne, sans lésion osseuse ni méniscales décelable sur cet examen.

Que dois-je en conclure ?

Vais-je passer sur le billard ? Cela ne me dérange pas temps que je n'ai plus mal.

Je suis quelqu'un d'actif, selon vous dans combien de temps je pourrais retravailler ?

Merci pour ce site

 

S. D. Ezy sur Eure

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Excusez le retard à vous répondre mais vacances obligent...

Vous souffrez très probablement d'un début de chondromalacie rotulienne.

Ci-dessous une réponse que je viens de faire pour un cas similaire:

"Bonjour,

Il s'agit certainement d'un cas de de chondromalacie (chondropathie) patellaire, état pouvant évoluer vers la véritable arthrose patellaire. Contrairement à ce que vous pourriez penser, elle s'observe surtout chez les sujets jeunes et les causes sont des micro-traumatismes et/ou un déséquilibre patellaire.

Dans un premier temps je puis vous conseiller:

- ménager votre genou en évitant toute contrainte importante en flexion (voir nos réponses antérieures à ce sujet dans la rubrique Forum)

- faire une cure de minimum trois mois à renouveler régulièrement d'orocartil ou procartil (produit à base de chondroïne et de glucosamine) ou préparation similaire

- une kinésithérapie comprenant entre autres:

       °mobilisation active douce (sous eau, en suspension et en décharge)

       °musculation du quadriceps en isométrique pur très progressive (vaste médial ++) et en légère flexion

       °récupération de l'équilibre de force quadriceps/ischio-jambiers et renforcement des gastrocnémiens (jumeaux).

 

(Voir pour plus de détails Vade-Mecum de kinésithérapie - Y. Xhardez - 5e édition pp 640-642).

Seulement ensuite on pourra éventuellement proposer une intervention chirurgicale de rééquilibration patellaire s'il y a un déséquilibre ou de stimulation du cartilage ou même de greffe cartilagineuse, mais dans la majorité des cas le traitement conservateur est suffisant".

 

Puisque votre genou est gonflé, un traitement de cryothérapie selon les modalités suivantes est conseillé:

Deux à trois fois par jour: application d'un cold pack sur le genou (en plaçant un linge ou papier absorbant en dessous) pendant 15' maximum, suivie d'un bandage compressif (avec bande élastique type velpeau) pendant une heure.

Dès que le genou sera dégonflé, vous pourrez commencer votre rééducation.

 

 

04.04.2007

 

Bonjour

 

Je découvre cette section où vous répondez à des questions et je souhaiterais vous poser la mienne et avoir votre avis s'il vous plait.

Etant jeune , j'ai pratiqué beacoup de sports, courses, football, karaté entre-autres.

J'ai arrêté il y a 15 ans environ pour me consacrer à mes études, bien que ces 5 dernières années j'ai effectué beacoup de travaux pénibles dans ma maison (gros-oeuvre) et récemment en montant les escaliers j'ai entendu des grincements à mes genoux, un peu comme des grésillements (mini craquements) tout au long de la poussée sur chaque jambe.

Après des radiographies qui ne montrent rien de spécial, j'ai demandé une arthrographie avec un produit traçant.

Mes genoux sont en parfait état excepté le petit cartilage qui se trouve juste sous la rotule. On m'a dit qu'ils étaient ulcérés avec parfois des "cratères" à ce que j'ai vu dont un ou l'autre ont presque traversé le cartilage, et parfois des espèces de fissures étroites mais sinueuses et profondes pour certaines.

Le reste de l'articulation est en parfait état.

Savez vous s'il existe un moyen de "re-souder" ces fissures et de colmater ces cratères? J'ai lu qu'il s'agissait des chondrocytes qui étaient à l'origine de l'entretien du cartilage .

Peut-on les stimuler pour qu'il régénèrent mon cartilage ou existe-t-il d'autres solutions?

Les radiologues étaient un peu surpris de cette pathologie car je n'ai que 36 ans, ne fume pas, ne boit pas et ne fait plus de sports à risques et je n'ai jamais eu de grosses blessures aux genoux (à ma connaissance) précédemment.

Donc je vous remercie mille fois par avance si vous pouvez m'aiguiller pour ne pas laisser les choses s'aggraver.

Je tâcherai de consulter divers spécialistes mais votre avis m'interesse.

Très amicalement

 

Eric

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Il s'agit certainement d'un cas de de chondromalacie (chondropathie) patellaire, état pouvant évoluer vers la véritable arthrose patellaire. Contrairement à ce que vous pourriez penser, elle s'observe surtout chez les sujets jeunes et les causes sont des micro-traumatismes et/ou un déséquilibre patellaire.

Dans un premier temps je puis vous conseiller:

- ménager votre genou en évitant toute contrainte importante en flexion (voir nos réponses antérieures à ce sujet dans la rubrique Forum)

- faire une cure de minimum trois mois à renouveler régulièrement d'orocartil ou procartil (produit à base de chondroïne et de glucosamine) ou préparation similaire

- une kinésithérapie comprenant entre autres:

  ° mobilisation active douce (sous eau, en suspension et en décharge)

  ° musculation du quadriceps en isométrique pur très progressive (vaste médial ++) et en légère flexion

  ° récupération de l'équilibre de force quadriceps/ischio-jambiers et renforcement des gastrocnémiens (jumeaux).

 

(Voir pour plus de détails Vade-Mecum de kinésithérapie - Y. Xhardez - 5e édition pp 640-642).

Seulement ensuite on pourra éventuellement proposer une intervention chirurgicale de rééquilibration patellaire s'il y a un déséquilibre ou de stimulation du cartilage ou même de greffe cartilagineuse, mais dans la majorité des cas le traitement conservateur est suffisant.

Bonne chance.

 

 

28.03.2007

 

Bonjour, je suis âgé de 19 ans et je pratique l'athlétisme 100m, 200m et 400m. J'en fais depuis tout petit. Voilà il y a 7mois j'ai eu une déchirure aux ischios, une fois rétabli gràce à la kiné j'ai commencé à avoir des douleur au  niveau du péroné. On m’a diagnostiqué une fracture de fatigue. Au mois de janvier, rebelotte déchirure à l'ischio. Une fois la rééducation finie je reprends l’ entraînement mollo, après 2 entrainements douleur au péroné qui revient. Même diagnostic : une fracture de fatigue. J'ai mon iliaque droit qui est antériorisé, sacro-iliaque droite bloquée. Une fois cela remis en place chez l'ostéo, on m’a fait faire une scanométrie pour voir si il y avait une inégalité des membres. Effectivement il y a 5mm en moins à droite mais parait-il cela n'est pas significatif. D'où pourraient provenir ces problèmes alors? Que dois je faire? J'ai déjà des semelles orthopédique pour le sport? Faut-il les refaire? Celà fait 3 ans que chaque saison je ne la fais pas au bout pour cause de différents problèmes (chondropathie rotulienne genou gauche, syndrome de l'essuie-glace, déchirure et fracture de fatigue à droite...).

Merci de me répondre au plus vite

 

T.K

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Impossible de dire le pourquoi par correspondance. Seules une bonne analyse morphologique, du mouvement et une étude sérieuse des modalités et charges d'entraînement par un médecin ou un kinésithérapeute du sport pourront donner une réponse.

Je constate cependant que:

- fracture de fatigue = surcharge du système locomoteur

- déchirure musculaire = surcharge du système locomoteur.

Votre charge d'entraînement est certainement trop forte pour votre organisme qui ne fait que terminer sa croissance et qui a probablement été trop sollicité depuis plusieurs années. 

- la différence de 5 mm est effectivement à la limite de ce qu'on commence à corriger. Une très légère correction (2 mm) par semelle pourrait cependant aider.

- des semelles orthopédiques (qui doivent être faites par un bon podologue après examen morphostatique sérieux) doivent être corrigées et adaptées au minimum tous les ans.

Conclusion: consulter un bon thérapeute du sport qui pourra également vous guider dans l'intensité de votre entraînement. Peut-être changer d'entraîneur...

Bonne chance.

 

 

 

21.03.2007

Une nouvelle mise à jour du Vade-Mecum de kinésithérapie est- elle d'actualité?

S.A.S.

Réponse de Yves XHARDEZ

 

Nous y travaillons mais il s'agit d'une oeuvre de longue haleine. Une nouvelle édition est prévue pour fin 2008, début 2009.

Bien confraternellement.

 

 

21.03.2007

Bonjour,

 

Femme de 48 ans, je pratique l'athlétisme "fond" et le rock acro. J'ai eu une intervention le 7/02/07 sous arthroscopie : méniscectomie partielle du segment postérieur (environ 1/10ème du compartiment interne et 1/4 du compartiment externe) et il existait un petit fragment méniscal luxé en arrière au dépend de corne postérieure du ménisque, suite à un kyste poplité. Cela s'est très bien passé, pas d'inflammation, pas d'hématome et peu de gonflement. Je n'ai pas souffert des suites opératoires, c'était une chirurgie ambulatoire. J'ai commencé la rééducation depuis lundi 5 mars et je voudrais savoir si je pourrais de nouveau pratiquer mes activités sportives ???  Je souhaiterais avoir un avis sur le sujet.

Merci pour votre réponse.

 

SD. St quentin en yvelines

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

C'est à votre chirurgien et à votre kinésithérapeute de vous donner le feu vert pour une reprise progressive du sport et de suivre l'évolution.

Personnellement pour les interventions au ménisque externe (et pour vous l'intervention a été bilatérale), j'ai toujours allongé les délais de reprise par rapport au ménisque interne. Raison: le compartiment externe est plus ouvert et plus mobile.

Dans votre cas, je recommencerais maintenant très progressivement l'entraînement par de petits footings. Le gonflement éventuel et naturellement la douleur doivent être le baromètre qui vous permettra d'augmenter l'intensité sans danger. De plus je vous conseille d'appliquer toujours de la glace ou cold pack max 15 minutes après kiné ou entraînement et ensuite de bander les genoux (ou genouillères) pendant deux heures.

Normalement après deux bons mois cela devrait être O.K.

 

 

21.03.2007

 

Bonjour,

 

Je fais de la course à pieds depuis trois ans, 10 km  2 fois par semaine.

Voilà  2 ans que je souffre d'un engourdissement sur le dessus de la cuisse droite en position allongée

Lors de la course, j'ai l'impression diffuse de perdre des appuis sur cette jambe droite.  Une perte de sensibilité.

Je suis allé voir le rhumatologue qui a diagnostiqué une méralgie paresthésique :

anti-inflammatoire et piqûre de cortisone (aléatoire) n'ont rien donné.

Un électromyogramme  n'a rien donné. Le jour de l'examen je n'avais pas d'engourdissement en position allongée.

Le neurologue m'a conseillé de desserrer ma ceinture (épine iliaque) .

Un IRM du bas du dos n'a rien donné. Radio donne petite calcification.

Je suis allé voir un ostéopathe qui m'a un peu soulagé mais le problème demeure.

N’y a t-il rien à faire au niveau de la jambe?

Merci de votre réponse                       

 

F.C.

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

L'origine peut se situer soit à l'origine du nerf (L1-L2), soit sur son trajet, soit plus généralement (affection neurologique - cela ne semble pas être le cas).

1) En cas d'origine L1-L2: traitement kinésithérapique de la sciatique et de la cruralgie en localisant les techniques analytiques (ostéopathie, thérapie manuelle...) au niveau L1-L2. Mais l'IRM n'a rien donné... La petite calcification se situerait-elle sur le trajet du nerf? 

2) En cas d'atteinte sur le trajet, éviter effectivement les ceintures et vêtements trop serrés à la taille, perdre du poids si nécessaire, étirements ++ de la musculature croisant le trajet du nerf.

Au niveau local (jambe), il n'y a rien à faire: il faut chercher la cause de compression ou d'irritation du nerf et y remédier.

En cas d'échec du traitement conservateur et désagréments importants, on peut envisager une décompression-neurolyse avec transposition interne du nerf.

A votre service.

 

 

21.03.2007

 

Bonjour

 

Victime de deux entorses du genou en 2005 et 2006, qui ont entrainé plusieurs ruptures du ligament latéral et un petit arrachement osseux, je suis très fragile du genou gauche (et présente également un surpoids qui n'arrange rien...).

Je présente également une malformation puisque mes deux rotules sont presque "plates" et peuvent se déboiter facilement.

Il y a 5 jours, mon genou a légèrement craqué sur mon lieu de travail, mais comme cela arrive fréquemment je n'y ai pas prété attention, et mon genou a légèrement enflé. Pourtant, hier, mon genou a encore craqué, et depuis je sens une gène dans mes déplacements, avec de légères douleurs au niveau de l'arrière du genou et de la partie des muscles de la cuisse proche de mon genou... de plus, comme il a encore légèrement enflé, j'y ai mis un anti-inflammatoire. Je ne sais pas ce qui a pu se produire, mais comme je n'ai pas très mal, je n'ose pas consulter... que me conseillez vous?

 

C.F. 78180 - Montigny

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Il ne faut jamais hésiter à consulter votre médecin.

Il est certain que vos genoux sont fragiles et toute douleur, craquement, gonflement sont signes d'une perturbation mécanique. Dans votre cas, je ne puis que vous conseiller quatre choses:

- consulter votre médecin

- mettre de la glace (voir modalités dans nos réponses précédentes sur le forum de EUROKINE.BE)

- perdre du poids ++

- renforcer la musculature du genou en évitant cependant toute contrainte trop prononcée sur les rotules: donc travail de renforcement statique proche de l'extension, pas de fortes résistances en flexion. Un bon kinésithérapeute vous conseillera utilement. 

 

 

01.03.2007

 

48 ans, homme, je pratique actuellement la chasse sous-marine (entraînement piscine 1h30 par semaine) (quelques difficulté avec les palmes mais ça passe, je songe à adapter un petit renflement identique à celui de mes semelles orthopédiques)

J'ai arrêté le squash en mai 2006 pour une tendinite au coude et la maladie de Morton s'est déclenchée début septembre avec une nouvelle paire de chaussures type tennis de ville. Je pense que mon pied s'est affaissé en partie parce que j'ai porté depuis six mois des chaussures type bateau ou des sandales pendant l'été.

Je cherche à savoir de quelle manière la kinésithérapie pourrait m'éviter de me faire opérer. N’y a-t-il pas possibilité de rééduquer le pied pour permettre de corriger l'affaissement qui a été à l'origine du problème ?

Merci pour votre réponse

 

A.T. Le Mans

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Il faut distinguer:

1) La métatarsalgie de T. Morton ou névrome plantaire: "affection caractérisée par une douleur paroxystique à la marche de type névralgique partant de la 4e articulation métatarso-phalangienne et irradiant dans tout l'avant-pied; la voûte plantaire est aplatie. Cette douleur est due à un névrome développé sur le nerf plantaire digital du 3e espace ou parfois à une simple compression de ce nerf" (Garnier-Delamare).

Dans le cas de névrome seule une intervention chirurgicale peut solutionner le problème. S'il s'agit d'une simple compression, une semelle orthopédique redressant la voûte plantaire peut aider.

2) Le syndrome de Dudley J. Morton (ou brièveté du 1er orteil ou pied ancestral de Dudley Morton) qui est caractérisé par un premier métatarsien, plus court, plus écarté et plus mobile que la normale. Il y a également épaississement de la diaphyse du 2e métatarsien. Il s'agit d'un syndrome d'insuffisance du premier rayon (Vade-mecum de Kinésithérapie - Yves Xhardez).

Traitement: semelle avec appui sous le 1er métatarsien, exercices appliqués aux pieds valgus ou pieds plats valgus.

 

Y. X.

 

 

01.03.2007

 

Je suis un footballeur pro et j’ai 22ans. Il y a 6 ans je me suis fait opérer et on m’a enlevé une partie du menisque externe (mon médecin m’a dit qu’après un mois de réeducation je serais de retour sur le terrain mais cela a duré 8 mois).  6 ans après , je souffre de nouveau de douleurs et maintenant on me dit que mon ménisque externe est complètement parti. Et le médecin dit qu’avec un genou pareil je pourrai jouer encore 2 ans voire 3. Ce que je veux savoir : est-ce qu’il a vraiment raison ? En ce moment je joue toujours avec de petites douleurs . Qu’en pensez vous? et qu’est ce qui m’attend à l’avenir?

 

K.K. Turquie

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Difficile de répondre sur base de ces éléments.

Une chose est certaine: il est rare que l'on doive (et qu'on le fasse) réséquer une partie de ménisque à 16 ans. Normalement, effectivement, après environ 1 mois et demi on peut recommencer une activité normale pour un ménisque externe, mais pour ce qui est du foot il fallait certainement prévoir trois mois, surtout à votre âge où les structures sont encore fragiles. Une reprise trop rapide a probablement entraîné ces problèmes ayant durés 8 mois.

D'autre part je ne vois pas comment un ménisque peut "complètement partir". Il peut s'être détérioré, fissuré, déchiré mais disparaître me semble curieux. Le cartilage articulaire peut également avoir été endommagé de façon plus ou moins importante. Seuls une arthrographie, ou un arhroscanner ou une RMN ou une arthroscopie de contrôle (qui peut être également curative en cas de constatations de dégats au ménisque) pourront définir les dégats et donner un pronostic d'avenir footballistique. Un de ces examens a-t-il été fait? Si oui, seul votre médecin peut se prononcer sur base des résultats.

De toute façon, en cas d'intervention soyez prudent avant de reprendre votre activité footballistique. Les entraîneurs et dirigeants sont toujours pressés mais c'est votre corps et un ou deux mois perdus au début peuvent se transformer en années de gagnées ensuite.

Bonne chance.

 

Y. X.

 

 

01.03.2007

 

Je voudrais avoir votre avis : en septembre en me levant de mon fauteuil j'ai croqué mon genou. Au bout de 5 min je marche normalement et le lendemain après-midi au travail je ressens une douleur et constate que mon genou est gonflé. 15 jours de repos plus une ponction suivis d'1 IRM qui indique un fragment de cartilage. Le 8 novembre on me fait une arthroscopie en hôpital de jour. Résultat : genou fortement gonflé et douleur. Au bout de 15 jours la kiné arrive, on fait très peu d'exercices car ma jambe tremble et je n'arrive pas à bloquer le genou. Au bout de 2 mois je trouve ça bizarre et je retourne chez mon médecin traitant qui me refait faire une IRM et m'envoie chez un autre orthopédiste. Résultat : tendon rotulien déchiré,  on me met une attelle pendant min 3 semaines. Cela me fait extrêmement souffrir, mon genou est encore gonflé, de plus j'ai remarqué que quand je me tiens droite mon genou part complètement vers l'intérieur.

Je ne pratique pas de sport.

Avez-vous un avis sur ce qui a pu se passer car je ne m'explique pas cette déchirure et le chirurgien me dit que ce n'est pas suite à l'arthroscopie. Qu'en pensez vous ?

 

L.D.  1080 Koekelberg

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Effectivement, en principe, une arthroscopie ne peut pas entraîner une déchirure du tendon rotulien, les deux incisions pour entrer les instruments étant antéro-interne et externe, l'aiguille de drainage étant placée à la partie supéro-interne du genou. Certains orthopédistes introduisent cependant l'arthroscope en transrotulien et alors cela pourrait poser un problème (voir où se trouvent les cicatrices d'arthroscopie). 

Normalement après l'intervention une bonne kinésithérapie aurait dû vous redonner une force d'extension suffisante à moins qu'effectivement le tendon n'ait été lésé...

Actuellement il faut certainement garder l'attelle pendant les 3 semaines et ensuite recommencer une rééducation très prudente du quadriceps + lutter contre le gonflement avec des cold-packs (voir modalités dans réponses précédentes de ce forum). Votre genou qui part vers l'intérieur peut s'expliquer par la perte de force +++ de votre musculature, à moins que vous ne souffriez déjà auparavant d'un genou valgum.

Ne perdez pas courage.

Merci de nous tenir au courant.

Bien à vous.

 

 

01.03.2007

 

J'ai 39 ans et je pratique le trail (course en montagne) depuis 10 ans, je fais en entraînement environ 100 kms /semaine,+ du VTT.

J'ai eu à 2 reprises (sans avoir couru), des douleurs intenses sur le côté externe de la rotule, m'empêchant de plier et de tendre ma jambe. Le fait de prendre 1 anti-inflammatoire, les douleurs disparaissaient dès le lendemain.

J'ai fait 1 course, qui se terminait par 7 kms de descente à fort pourcentage. Le lendemain tout allait bien, mais le surlendemain j'étais bloqué. Douleurs côté externe (au toucher) et douleur interne à droite du tendon rotulien.Un peu comme si j'avais 1 tournevis planté dans le genou. Direction les urgences, et pour eux, c'était méniscal. RDV chez l'orthopédiste qui pense au ménisque, mais pas à 100 %. Il me propose 2 solutions:

1) Infiltration + Arthroscanner et arthroscopie .

2) Arthroscopie directement

J'ai choisi la 2e solution,sachant qu'une infiltration est pratiquée pendant l'arthro.

A ce jour (5 jours après le blocage) je peux marcher presque normalement.

Ma question : si je n'ai rien au ménisque, que faut-il faire s’il s'agit du TFL ?

Que pensez vous de ma pathologie ?

Merci

 

Alain. M    Nimes

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Votre pratique sportive est très intense et une lésion de surcharge n'est pas étonnante.

Vous dites avoir choisi la seconde solution, mais l'arhroscopie a-t-elle déjà été effectuée? J'arrive peut-être un peu tard.

Personnellement j'attendrais et je pratiquerais de la façon suivante:

1)   Test méniscaux manuels du ménisque par l'orthopédiste. C'est une première indication.

2)   Pour la suspiscion de tendinite du TFL: test de Noble (patient en décibitus dorsal, genou fléchi à 90°, effectuer une pression du doigt sur le condyle latéral (externe), 2 à 3 cm au dessus de l'interligne articulaire, étendre passivement le genou, une douleur vive est ressentie vers 30° de flexion. Votre orthopédiste doit connaître ce test. Notez qu'une tendinite du TFL ne donne normalement que des douleurs externes, mais des irradiations sont toujours possibles.

3)   Si tests du ménisques positifs et test de Noble négatif: arthrographie ou arthroscan. Attention l'infiltration n'est alors que d'un produit de contraste et non une infiltration anti-inflammatoire comme probablement proposé dans la solution 1. 

4)   Si une lésion méniscale est confirmée: arthroscopie de régularisation ou suture méniscale (vous êtes à l'âge limite). Si c'est un problème du TFL: repos sportif 3 à 6 semaines et kinésithérapie curative (glace, électrothérapie, MTP, étirements du TFL et ensuite exercices de prévention.

Merci de nous tenir au courant.

 

Y.X.

 

01.03.2007

 

Bonjour,

Nous vivons en Afrique. J’ai récemment été diagnostiquée d'une lésion méniscale par un orthopédiste.

Nous envisageons de rentrer à Bruxelles pour confirmer ce diagnostic, et surtout, pouvoir effectuer l'opération chirurgicale si nécessaire.

Pourriez-vous svp nous apporter quelques conseils:

-     est-ce que toute lésion méniscale implique une opération chirurgicale?

-     Deux semaines après l'accident (une simple torsion du genou ayant engendré un clac au niveau du genou droit), la douleur initiale a disparue. Mais l'extension complète du genou est toujours douloureuse par contre, avec un petit clac à chaque extension du genou (parfois un petit blocage, mais pas systématique).

-     faut-il s'orienter vers un chirurgien orthopédiste ou un chirurgien orthopédiste en médecine sportive?

-      Merci de votre aide,

 

Anna N. Dakar

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Bonjour,

Les symptômes décrits semblent effectivement confirmer une lésion méniscale:

- clac lors du traumatisme

- douleur s'atténuant après deux semaines mais persistance d'un certain blocage et douleur en extension.

Un bon examen clinique (souvent suffisant) complété éventuellement par une arthrographie ou une RMN suivant l'avis de l'orthopédiste confirmeront le diagnostic.

L'intervention chirurgicale, en cas de déchirure méniscale avérée, est à conseiller vivement car une solution attentiste n'aurait comme conséquence qu'un risque de détérioration du cartilage articulaire par la partie méniscale lésée et développement d'arthrose sévère à plus long terme.

Cette intervention se fait actuellement sous arthroscopie et la reprise des activités normales est assez rapide (un peu plus lent pour les lésions du ménisque externe).

Il faut consulter un chirurgien orthopédiste, certains de ceux-ci étant naturellement plus spécialisés en problèmes sportifs.

Bonne chance.

 

Y.X.

 

Je vous remercie pour vos réponses.

Pourriez-vous me préciser si en cas d'ablation partielle ou total du ménisque, une prothèse est placée?

Aussi, s'agit-il d'une opération bénigne qui ne laisse pas de séquelles, ou devons-nous nous faire à l'idée que mon genou ne sera jamais plus comme avant?

 

Anna N. Dakar

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Non on ne place pas de prothèse. La résection se fait "a minima" (on résèque et enlève seulement la petite partie déchirée - chez les personnes jeunes et sportives on pratique parfois une suture méniscale mais la rééducation est alors plus longue) afin que la partie de ménisque restante puisse continuer à jouer son rôle d'amortisseur. On ne place une prothèse du genou que lorsque le genou est totalement détérioré par l'arthrose ce qui n'est certainement pas le cas à 35 ans. 

Opération tout à fait bénigne et en principe retour totalement à la normale pendant de très longues années. Le seul risque est que dans 20-30-40 ans une arthrose se développe plus rapidement étant donné la perte d'une partie de la fonction d'amortissement du ménisque. Il a été prouvé que les footballeurs chez qui on avait enlevé un ou deux ménisques il y a 30 ou 40 ans (totalement comme cela se faisait alors) souffrent actuellement d'arthrose précoce du ou des genoux. C'est pourquoi actuellement on travaillle avec ablation 'a minima'. 

Bonne chance.

 

Y.X. 

 

 

01.01.2007

 

J'ai 50 ans et je pratique la randonnée, le ski de fond et un peu de natation.

A la suite d'un cross, j'ai une douleur sous le talon qui irradie dans le mollet et dans le pied, quand j'ai beaucoup marché et le matin au réveil. J'ai mal seulement quand je pose le pied par terre. Je n'ai pas encore consulté, je pensais que celà allait passer. Qu'en pensez-vous?

Merci.

Catherine M. - THONON

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Votre douleur me fait penser à la présence d'une épine calcanéenne. Il faut consulter votre médecin et un contrôle R.X. sera nécessaire. Si ce diagnostic est confirmé, repos et port d'une talonnette avec évidement au niveau de l'épine solutionnent le plus souvent le problème.

 

Réponse de Catherine M.

 

Merci. J'ai passé une radiographie et le diagnostic est une aponévrosite plantaire, mon médecin me conseille une semelle, mais ne prescrit pas de séances de kiné, ni d'anti-inflammatoires. Qu'en pensez-vous?

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Faites confiance à votre médecin.

En général une aponévrosite plantaire (Maladie de Ledderhose ou fibromatose nodulaire aponévrotique plantaire) entraîne des douleurs surtout au niveau de la plante du pied, mais cela peut irradier vers le talon. Le port d'une semelle peut soulager. En cas de véritable rétraction de l'aponévrose plantaire superficielle, infiltrée de nodules fibreux, et si repos et semelle ne soulagent pas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Un léger massage du talon et de la plante du pied avec une crême anti-inflammatoire peut aider mais il n'y a pas de kinésithérapie proprement dite dans ce cas.

 

 

01.01.2007

 

BONJOUR…mon histoire est un peu compliquée…

Vers le 12/07/2006 un beau matin je me lève et tient !!!! douleurs diffuses et aigues au genou gauche

De plus quand je le plie et reste 2 à 3 minutes sur cette position et que je le déplie douleur intense au niveau postérieur du genou……je me dis cela va passer….

Deux à 3 jours après je commence à avoir des contractures très tendues (comme s’il y avait une corde tendue) sur le vaste externe et droit antérieur de la cuisse avec ces douleurs diffuses et aigues au genou descendant même au tibia côté externe….

1 semaine après douleur au dos côté gauche (même côté que le genou et la cuisse)….il faut savoir que je suis assez sensible du dos…mais la nouveauté est le genou et la contracture permanente à la cuisse niveau externe et antérieur de la cuisse….

Plus tard les douleurs que j’avais quand je plie et déplie le genou au niveau postérieur ont disparues mais pas le reste.

Petite chose : lorsque je ressens moins la contracture au niveau du vaste externe et droit anterieur de la cuisse il suffit de faire quelques flexions ou marcher pour créer la forte gêne surtout au niveau vaste externe…

Si on fait un condensé de mon problème : quelques douleurs aigues au genou et gêne pouvant aller au tibia côte externe +vaste externe et antérieur + dos c’est insoutenable + quelques fois fourmillements et faiblesse à la jambe. Et tout ça en continue surtout position assise. 

Mon parcours diagnostic :

Médecin généraliste : Ketum (anti-inflammatoire local).

Deux mois plus tard radios genou gauche, rachis et bassin…tout est OK.

Vu un chiro : lui me parle d’une sciatique.

Un mois plus tard échographie du tenseur fascia lata et vaste externe….RAS tout est ok

Mon ostéopathe ne comprend pas mes symptomes car il les trouve incohérents et prends du recul suite au compte rendue de l’échographie.

Car le radiologiste avec un questionnaire assez poussé de mon parcours s’oriente vers une poussée de rhumatisme  du style spondylartropathie chronique. Il se repose sur mes symptomes : douleur au genou avec contractures des muscles de la jambe et mal aux lombaires gauche depuis environ 4 mois. 

Donc j ai pris un rdv avec un rhumatologue. 

Que pensez-vous de ces manifestations cliniques ? 

 Nb : quand je prends un myorelaxant il y a un léger soulagement….

 

T. B. 3700 Tours

 

Réponse de EUROKINE.BE

 

Tout cela nous ferait penser à une méralgie paresthésique (ou névralgie fémoro-cutanée). Il s'agit de douleurs dans le territoire sensitif du nerf cutané latéral de la cuisse (fémoro-cutané) qui peut être provoquée par une atteinte du nerf à son origine (L1-L2) (le plus probable) ou sur son trajet, ou même plus généralement (affection neurologique).  

C'est en fait un problème à assimiler à la sciatique (origine L4-L5 ou L5-S1) ou à la cruralgie (origine L2-L3 ou L3-L4). Les douleurs lombaires plaideraient pour cette origine.

Avez-vous des irradiations thoraciques à prédominance nocturne (2e partie de la nuit)? Un examen biologique (vitesse de sédimentation ++ et présence de l'antigène HLA B 27) confirmerait la chose. Votre rhumatoloque pourra faire le diagnostic et un neurologue poser un diagnostic neurologique plus précis.

Si le diagnostic de spondylarthropathie n'est pas confirmé, cherchez un éventuel problème discal au niveau lombaire haut (Scanner, R.M.N.).

 

 

 

01.01.2007

 

Bonjour

Apres une ménisectomie partielle interne droite ayant enlevé la partie moyenne et postérieure de ce dernier le 03 octobre 2006, je souffre énormément de mon genou droit qui est toujours enflé au point de ne pratiquement plus pouvoir me deplacer. Ceci a entrainé une IRM le 18 décembre 2006 dont voilà la conclusion : Ostéochondrite disséquante condylienne interne associée à un important oedème de l'os spongieux du condyle fémoral interne. Hydarthrose d'abondance moyenne. Quel est votre avis sur la suite des opérations?

Remarque : je ne pratique pas de sport.

 

E.M. Ste Marie aux Mines (Fr)

 

Réponse d’Y.X.

 

Je m'étonne tout d'abord que lors de la méniscectomie d'octobre, on n'ait pas constaté cette ostéochondrite disséquante condylienne fémorale interne avec oedème important.

Peut-être le chirurgien n'a-t-il pas voulu vous alarmer et espérait que l'oedème allait se résorber après enlèvement des portions méniscales irritant le condyle fémoral.

Le délai est encore court (2 mois).

Je ne pourrais que vous conseiller ceci:

- reposer au maximum le genou en marchant avec une ou même deux cannes encore pendant un mois.

- suivre les conseils d'économie articulaire du genou que vous trouverez dans diverses réponses de notre forum

- trois fois par jour appliquer un cold pack ou de la glace dans un sachet en plastic selon les modalités suivantes:

·               placer une protection (mouchoir ou serviette en papier) sur le genou

·               appliquer la glace 15 minutes (pas plus) en entourant le tout d'une grosse serviette éponse

·               immédiatement après avoir enlevé le cold-pack, bander le genou avec une bande élastique (type velpeau) ou une genouillère élastique serrant moyennement et garder ce bandage pendant une heure minimum.

Cela devrait améliorer fortement l'oedème.

 

 

01.01.2007

 

Bonjour,

Je suis étudiant en kinésithérapie et en cherchant des renseignements sur les syndromes du pyramidal, je suis tombé sur ce test qui semble être aussi un traitement : le pyramidal SOTO test de Dujarnette.

Pourriez vous me décrire ce que cela est ou comment le réaliser .

Je vous remercie  (bonne année 2007 !!)

 

R.T.

 

Réponse de Y.X.

 

Il s'agit du pyramidal "S.O.T.O." Test de Dejarnette

Dejarnette est un chiropractor américain qui a développé la technique sacro-occipitale aux USA et dans l'ensemble de la profession chiropractique.

Le traitement du bassin se fait pas un système de "blocs" que l'on placera sous le bassin.

Dejarnette a développé un test qui permet de différencier, à l'examen clinique, une hernie discale d'un spasme du pyramidal, en cas de sciatique: le S.O.T.O. est à la fois un test et une correction +++.

Pour la description pratique détaillée, vous pouvez vous référer à l'ouvrage suivant: "Les techniques ostéopathiques chiropractiques américaines - Traitement des lombalgies et des sciatiques et leur approche viscérale".F. Ricard et L. Therbault. Editions Frison-Roche, Paris, 1991, ISBN: 2-87671-210-5 - pp.117-119 . Cet ouvrage reprend la philosophie de Dejarnette et de nombreux tests.

 

 

 

FORUM 2006

FORUM 2005

FORUM 2004