POINT DE MIRE

 

 

 

GIRTAC - Une association pour les patients sous anticoagulants (antivitamine K - AVK)

 

S. Theys

(Dr en Kinésithér, Clin Univ Godinne, 5530-Yvoir)

 

GIRTAC (Gestion Individuelle Responsable du Traitement AntiCoagulant) est une association de patients fondée récemment par et pour les patients dont l'état de santé nécessite un traitement anticoagulant au long cours suite à la pose d'une prothèse valvulaire mécanique, une fibrillation auriculaire, une atteinte congénitale,...

 

L'association a pour objectifs d'apporter un soutien aux patients durant leur thérapie sous anticoagulants oraux, d'échanger les points de vue et de partager les expériences pour retrouver la tranquillité.

Anticoagulants et qualité de vie

Selon les estimations, 100.000 personnes en Belgique, parmi lesquelles de très jeunes enfants, doivent prendre des anticoagulants oraux (antivitamines K - AVK) pour une longue période ou de manière permanente. Les raisons peuvent être multiples : soit parce qu'ils sont porteurs d'une valve aortique mécanique, soit à la suite d'une pathologie cardiaque ischémique ou non, une maladie thromboembolique veineuse ou bien encore d'autres pathologies ou carences.

Pour chaque patient, une valeur thérapeutique de coagulation en INR[1][1] doit être déterminée (généralement entre 2 et 3), sur base de laquelle la dose d'AVK est fixée.

La production de vitamine K peut être extrêmement variable, et par conséquent la dose d'AVK également. Parmi les facteurs externes pouvant avoir une influence sur cette variabilité se trouvent:

 

 Les conséquences de cette variabilité peuvent être lourdes pour le patient: plus l'indice de coagulation est élevé, plus les risques d'hémorragie s'accroissent, tandis qu'un taux trop bas entraîne un risque de thrombose. Cette incertitude constitue, pour le patient, une source d'angoisse permanente. Selon ce que la personne a mangé, bu, selon les médicaments qu'elle aurait pu prendre, son état de santé, son taux évolue en permanence et il est difficile de savoir si le patient se trouve toujours dans la bonne valeur thérapeutique.

Autocontrôle'en suit que le patient sous AVK doit être en mesure de

Le seul moyen efficace d'être rassuré serait de pouvoir se contrôler soi-même en cas de doute. Le traitement pourra facilement être adapté en fonction du résultat.

Il existe des appareils grâce auxquels le patient peut mesurer lui-même son taux de coagulation en INR. Cette possibilité est un bon complément à la manière traditionnelle de la détermination de l'INR qui se fait grâce à une prise de sang, une analyse en laboratoire et l'obtention des résultats chez le médecin généraliste.  Enfin la possibilité de voyager partout en toute sérénité.

Les études démontrent que, grâce à l'autocontrôle, les risques d'hémorragies ou de thromboses diminuent, et par conséquent la mortalité également.

GIRTAC, ensemble nous améliorons notre bien-être

En se réunissant, les patients recevront plus rapidement une reconnaissance. L'association se veut un moyen efficace de représentation des patients sous anticoagulant auprès des autorités, tout en offrant une plateforme de discussion et représentant un point de contact pour les partenaires externes.

Via le site internet, le canal de communication par excellence, on peut échanger des informations ainsi que des conseils pratiques qui peuvent être d'une importance primordiale.

Coordonnées disponibles sur notre site EUROKINE.BE (Rubrique : Associations  - Contacts - Associations de/pour patients)