DÉveloppement de tests cinÉmatiques de la proprioception lombaire

 

V. FEIPEL, C. PARENT, K. RICHIR, P.M. DUGAILLY, E. BRASSINNE, P. SALVIA, M. ROOZE - Laboratoire d’Anatomie Fonctionnelle – Université Libre de Bruxelles - Belgique

 


Introduction

La stabilisation et la proprioception du rachis lombaire joue un rôle clé dans la physiopathologie des lombalgies chroniques. Des perturbations de l’équilibre postural et de la proprioception lombaire ont été mises en évidence chez les lombalgiques chroniques [1,12,14-16]. L'évaluation de la sensibilité profonde, ainsi que des réactions d'équilibration peuvent s'avérer utiles lors du diagnostic et du suivi de la lombalgie.

Plusieurs travaux se sont penchés sur la mesure de la proprioception lombaire. Ainsi des tests de repositionnement ont été présentés [2-4,6-9,11,14,17,18]. L’erreur de repositionnement (RE) chez des sujets dits sains vaut 2-3° pour le mouvement primaire et 1-2° pour les mouvements hors plan. Chez le patient lombalgique, RE est supérieur à l’erreur de repositionnement de sujets sains [4,6,9,14,16].

D’autres auteurs se sont intéressés au seuil de perception du mouvement [10,16,17,20]. Les résultats ont mis en évidence un seuil de 0.5°. Enfin, plusieurs études ont décrit des méthodes de quantification du contrôle postural [1,5,12,13,15,19]. Il a été montré que chez le lombalgique, le centre de pression était plus postérieur et que les oscillations posturales étaient plus nombreuses [1,12,15].

 

Buts

Les objectifs de ce travail étaient :

-   La mise au point de tests du sens du reposi-tionnement et d'équilibration en position assise

-   La proposition de différent paramètre à analyser lors de tests d'équilibration

-   La constitution d'une base de données normale pour ces deux types de tests

-   La faisabilité de ce protocole sur dix sujets lombalgiques chroniques.

 

Méthodologie

A l'aide d'un électrogoniomètre tridimensionnel OSI CA6000, les erreurs de repositionnement dans trois positions distinctes (flexion pure et flexion combinée à une rotation gauche ou droite) ont été mesurées. Les paramètres cinématiques de la colonne lombaire ont été analysés lors de deux tests d'équilibration en position assise sur une planche de Freeman modifiée (équilibration antéro-postérieure et latérale). Des paramètres cinématiques nouveaux ont été définis pour ces tests d’équilibration en raison de la pauvreté de la littérature à ce sujet. La reproductibilité et la stabilité des variables ont été testées. L’échantillon expérimental de convenance comportait 21 volontaires asymptomatiques (16 hommes et 5 femmes) âgés en moyenne de 40 ans (SD 10 ans).

 

Résultats et discussion

La reproductibilité et la stabilité des tests étaient bonnes.

L'amplitude maximale de flexion lombaire est un paramètre reproductible, qui diminue avec l'âge. Le paramètre RE pour la flexion pure était équivalent aux observations précédentes. Nos résultats pour des mouvements combinés (tests qui, à notre meilleure connaissance, n’avaient pas encore été analysés) ont montré une RE de 5° (SD 4°) pour la flexion et de 3° et 2° (SD 2-4°) pour la rotation et l’inclinaison latérale.

Ces deux dernières valeurs étaient significativement plus importantes dans les tests combinés que dans les tests de flexion pure, où elles étaient inférieures à 1°. Le pourcentage des sujets qui n’atteignaient pas ou dépassaient la position-cible était significativement affecté par la position cible, pure ou combinée.

Les tests d’équilibration ont permis de déterminer les valeurs des paramètres proposés dans une population témoin.  Par exemple, certains paramètres différaient entre les tests d’oscillations antéro-postérieures et d’oscillations latérales, l’amplitude des oscillations latérales, le temps hors équilibre et la puissance du spectre fréquentiel étaient supérieurs lors des tests latéraux.


Les tests d'équilibre dynamique ont révélé des comportements d'équilibration différents, qu'il serait intéressant de classifier dans le futur.

 

Conclusion

Cette étude préliminaire a montré la faisabilité de l’analyse cinématique des tests de repositionnement et d’équilibre dynamique. Des tests nouveaux ont été proposés et des paramètres définis. Les travaux futurs seront orientés vers une amélioration de la reproductibilité des tests, une augmentation de la base de données et des applications cliniques et pratiques.

 


--------------

Références


 


1.   Alexander KM, LaPier TL.  J Orthop Sports Phys Ther. 1998; 28: 378-383.

2.   Brumagne S et al.  J Orthop Sports Phys Ther. 1999; 29: 345-351.

3.   Brumagne S et al.  Clin Biomech 1999; 14: 361-363.

4.   Brumagne S et al.  Spine 2000; 25: 989-994.

5.   Cholewicki J et al.  J. of Biomechanics, 2000 ; 33 ; 1733-1737.

6.   Gill KP, Callaghan MJ.  Spine 1998; 23: 371-377.

7.   Jakobs T et al.  Exp Neurol 1985 ; 90: 129-138.

8.   Koumantakis GA et al.  J Orthop Sports Phys Ther 2002; 32: 327-335.

9.   Lam SSK et al.  J Orthop Sports Phys Ther 1999; 29: 294-299.

10.  Lönn J et al.  Arch Phys Med Rehabil. 2000; 81: 592-597.

11.  Maffey-Ward L et al.  J Orthop Sports Phys Ther 1996; 24:354-358.

12.  Mientjes MI, Frank JS.  Clin Biomech 1999; 14:710-716.

13.  Mizuno Y et al.  Acta Astronaut 2001; 49: 131-136.

14.  Newcomer KL et al.  Spine 2000; 25: 2488-2493.

15.  Nies N, Sinnott PL.  Spine. 1991; 16:325-330.

16.  Parkhurst TM, Burnett CN.   J Orthop Sports Phys Ther 1994; 19: 282-295.

17.  Swinkels A, Dolan P.  Spine 1998; 23: 590-597.

18.  Swinkels A, Dolan P.  Spine 2000; 25: 98-104.

19.  Takala EP et al.  Clin Biomech 1997; 12: 429-437.

20.  Taylor JL, McCloskey DI.  Exp Brain Res 1990; 81: 413-416.