DOULEURS FEMORO-PATELLAIRES

 

Intéressante étude que celle de Crossley et al. [1] car elle a le mérite de présenter des résultats en double aveugle ce qui n’est pas aussi courant qu’on le pense dans la littérature.

Les auteurs ont pratiqué un traitement de kinésithérapie chez 33 patients souffrant d’un syndrome fémoro-patellaire. Le traitement consistait en un réentraînement du muscle vaste médial oblique (avec EMG en biofeedback), des étirements des ischio-jambiers et des structures antérieures de la hanche, des mobilisations de la patella du côté médial et un massage profond (frictions) des tissus mous du côté latéral de la patella (6 semaines – 1x par semaine) + programme d’exercice quotidien à la maison et contention souple tirant la patella du côté médial. Ce traitement est celui préconisé par Mc Connel [2].

34 patients ont bénéficié d’un traitement placebo avec ultra-sons non branchés, gel neutre et contention souple non corrective.

Les résultats obtenus ont été significativement en faveur du traitement de kinésithérapie avec une diminution supérieure des phénomènes douloureux et une augmentation des capacités fonctionnelles. Les résultats ont été mesurés par une échelle visuelle analogique de la douleur, un questionnaire de qualité de vie, une échelle de douleur pour le genou et des tests fonctionnels.

Ces améliorations persistent encore trois mois après l’arrêt du traitement, la majorité des patients continuant d’effectuer les exercices à domicile pendant cette période.

 

[1] Crossley K et al. Physical therapy for patellofemoralpain. A randomised, doubled blinded, placebo-controlled trial. Am J Sports Med 2002;6:857-865.

[2] Mc Connel J. The management of chondromalacia patellae. A long term solution. Aust J Physiother 1986;32:215-224.

 

Yves XHARDEZ