GROUPEMENT D’ISOCINETISME BELGE ET LUXEMBOURGEOIS.

5e Journée Belge d’Isocinétisme
2 et 3 décembre 2005

Campus ERASME - Bruxelles

 

Isocinétisme et techniques d’évaluation de la fonction musculaire

 

Abstract

 

 

 

ETUDE DU CROSSOVER DE L’EFFET PROTECTEUR DES « DELAYED ONSET MUSCLE SORENESS »

Brassinne E, Gournay A, Mouraux D., Dugailly P.M.

Centre de réadaptation de l’appareil locomoteur, Service de kinésithérapie

Hôpital Erasme , C.U.B U.L.B

Eric.Brassinne@ulb.ac.be

 

Proske et al (1) ont démontré que la pratique d’exercices musculaires d’intensité élevée provoque chez des sujets non entraînés des dommages musculaires qui seront responsables de DOMS « delayed onset muscles soreness ».

 

Plusieurs auteurs, dont Mac Hugh (2), ont constaté que ces réactions de type DOMS sont moins importantes lorsque l’on réalise une deuxième série d’exercices du même type. Cet effet protecteur ou « repeated bout effect » a été mis en évidence lorsque les deux séries d’exercices étaient effectuées avec le même groupe musculaire.

 

Le but de notre étude est d’étudier l’influence d’une première série de contractions excentriques effectuées avec le groupe musculaire des fléchisseurs du genou et d’observer la présence éventuelle d’un effet protecteur lors d’une deuxième série d’exercices effectués avec la jambe controlatérale.

 

Population : 11 sujets masculins, jeunes, sportifs de loisir, ne présentant pas d’antécédent lésionnel au niveau des muscles fléchisseurs du genou.

 

Matériel et méthode Les 2 épreuves de provocation sont effectuées sur un dynamomètre isocinétique de type Cybex Norm à quinze jours d’intervalle. La première est effectuée avec la jambe droite, la seconde avec la jambe gauche.

 

Les épreuves de provocations consistent pour les sujets, après échauffement, à réaliser trois répétitions maximales en mode concentrique à 60°/sec. des extenseurs et fléchisseurs du genou, suivi de deux séries de quatre répétitions maximales des fléchisseurs du genou en mode excentrique à 60°/sec. Chaque série est séparée de la suivante par une période de repos de 90 sec.

 

Après chaque épreuve à 24,48 et 72 heures post-test nous mesurons le taux sérique de créatine kinase, l’angle de flexion de hanche genou tendu (mobilisation passive) et la douleur ressentie par les sujets est estimée à l’aide d’une échelle visuelle analogue.

 

Pour l’analyse statistique nous avons utilisé des tests de Wilcoxon pour échantillons pairés.

 

Résultats Nous avons d’abord vérifié si les deux épreuves de provocation étaient effectivement de même intensité. Le couple de force maximum excentrique ainsi que le travail total des fléchisseurs du genou ne présentaient pas de différence significative entre les deux épreuves.

 

Après chacune des deux épreuves nous avons constaté une augmentation significative du taux sérique de créatine kinase dès la 48ème heure après le test, l’apparition de douleurs musculaires dans les fléchisseurs du genou et une diminution significative de la souplesse des ischio-jambiers. Nous étions donc bien en présence de DOMS.

 

Nous avons ensuite comparé les différents paramètres entre la première et la seconde épreuve.

 

Nous avons pu mettre en évidence des différences statistiquement significatives entre les deux épreuves pour le taux sérique maximum de créatine kinase, celui-ci était en moyenne de 24160 UI/l après la première épreuve et de 12813 UI/l après la seconde, le paramètre douleur était également significativement moins élevé après la deuxième épreuve. Le paramètre souplesse présentait seulement une différence significative à 24 heures posttest.

 

Conclusion

Contrairement à Conolly (3), nous mettons en évidence l’existence d’un effet « cross-over » de l’effet protecteur lors de série de contractions excentriques répétées. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse que les mécanismes responsables de cet effet protecteur ne sont pas uniquement locaux.

 

Bibliographie

Proske U, MorganD.L. (2001). Muscle damage from eccentric exercise : mechanism,mechanical signs, adaptation and clinical applications. The journal of physiology 537, 333-345.

McHugh M.P. (2003). Recent advances in the understanding of the repeated bout effect: the protective effect against muscle damage from a single bout of eccentric exercise. Scand J Med Sci Sports 13, 88-97

Connolly D.A., Reed B.V., McHugh M.P.(2002) The repeated bout effect: does evidence for a crossover effect exist? Journal of Sports Science and Medecine 1, 80-86