GROUPEMENT D’ISOCINETISME BELGE ET LUXEMBOURGEOIS.

5e Journée Belge d’Isocinétisme
2 et 3 décembre 2005

Campus ERASME - Bruxelles

 

Isocinétisme et techniques d’évaluation de la fonction musculaire

 

Abstract

 

 

 

FORCE MUSCULAIRE ET VO2 MAX. EXISTE-T’IL DES CORRELATIONS CHEZ LES JOUEURS DE FOOTBALL?

R. Leclercq (1)(3), C. Davreux (2)(3), C. Willem (2)(3), E. Collart (2)(3)

(1) CHU André Vésale – Département d’évaluation et rééducation isocinétiques- Montigny-le-Tilleul (B)

(2) CHU Hôpital Civil de Charleroi- Médecine du sport – Charleroi (B)

(3) Centre “Charleroi Sport Santé” – Monceau-sur-Sambre (B)

 

Le football est le sport le plus populaire dans le monde. Les performances des joueurs dépendent d’un grand nombre de facteurs techniques, biomécaniques, tactiques, mentaux et physiologiques. Une des raisons de sa popularité est due au fait qu’il nest pas nécessaire d’avoir une aptitude exceptionnelle dans un ou plusieurs de ces domaines, mais plutôt de posséder un niveau raisonnable dans tous. (1) Objectif : Etudier s’il existe des corrélations entre la consommation maximale d’oxygène et la force musculaire des membres inférieurs dans une population de footballeurs professionnels.

 

Il s’agit d’une étude rétrtospective sur 10 ans reprenant les tests d’avant-saison des joueurs d’une équipe de football évoluant dans la première division du championnat de Belgique.

 

Au total, 95 joueurs différents ont été repris dans l’étude pour un nombre total de 170 tests. (âge 23,2 ans; poids 75,2 kg).

 

Chaque joueur a réalisé juste avant la reprise des entraînements une épreuve sur tapis roulant afin de déterminer sa VO2 max ainsi qu’un test isocinétique des membres inférieurs en mode concentrique aux vitesses de 60 et 300°/s.

 

La VO2 max moyenne varie en fonction de l’année entre 53,7 et 58,7ml/kg/min.

 

Le moment de force maximum du quadriceps à la vitesse de 60°/s varie en fonction de l’année de 2,58 à 3,00 N.m/kg, celui des fléchisseurs de 1,50 à 1,81 N.m/kg. Le ratio I-J/Q varie en fonction de l’année de 0,59 à 0,68.

 

Conformément à ce qu’on pouvait prévoir étant donné les filières énergétiques différentes, aucune corrélation na été trouvée entre la force maximale des membres inférieurs et la consommation maximale d’oxygène chez les joueurs de football professionnels.

 

Ces résultats corroborent avec les études (2), (3), (4) effectuées chez les sportifs montant qu’un entraînement en force ne modifie pas la consommation maximale doxygène tandis qu’un entraînement aérobie ne modifie pas la force maximale.

 

Référence:

Stolen T, Chamari K, Castagna C, Wisloff U – Physiology of soccer: an update. Am. J. Sports Med; 35(6): 501- 536, 2005

Marcinik EJ, Potts J, Schlabach G, Will S, Dawson P, Hurley BF – Effects of strength training on lactate threshold and endurance performance. Med Sci Sports Exerc; 23(6): 739 – 743, 1991

Bishop D, Jenkins DG, Mackinnon LT, Mc Eniery M, Carey MF – The effects of strength training on endurance performance and muscle characteristics. Med Sci Sports exerc; 31(6) : 886 – 891, 1999

Mc Millan K, Helgerud J, Macdonald R, Hoff J – Physiological adaptations to soccer specific endurance training in professional youth soccer players. Br J Sports Med; 39(5): 273-277, 2005