KINE 2000 Y ETAIT…

 

Congrès annuel du GEM et du GEMMSOR

Paris 13-15 décembre 2007

 

 

Depuis plus de vingt ans, les sociétés françaises de chirurgie de la main (GEM)  et de rééducation de la main (GEMMSOR) organisent conjointement leur grand Congrès annuel de la mi décembre. Initialement logé à l’Ecole de Médecine, l’importance croissante de l’évènement a obligé, il y a déjà plus de dix ans, les organisateurs à choisir le Palais des Congrès comme siège de leur manifestation.

Ce Congrès s’étend sur trois jours (jeudi, vendredi et samedi), et est consacré aux conférences d’enseignement , communications libres et autres tables rondes. Le nombre de communications proposées oblige les organisateurs à utiliser le système de sessions parallèles dans deux grandes salle différentes. Le vendredi, l’une des deux salles est entièrement consacrée à la rééducation de la main.

L’évènement avait lieu cette année du 13 au 15 décembre et a rassemblé plus de huit cent participants. Nous nous intéresserons ici plus particulièrement à la session consacrée à la rééducation.

 

Alain BERTHE, kinésithérapeute à Nice, ancien Président du GEMMSOR et actuel Secrétaire Général ouvre la première et très matinale session en présentant les résultats d’une étude d’un groupe de travail réalisée au printemps dernier sur « l’appareillage des lésions traumatiques de la MCP du pouce ».

L’orateur présente un compte–rendu de cette étude qui évoque les principales tendances du moment dans le traitement de ces lésions particulièrement fréquentes surtout en pratique sportive (sports d’hiver e.a .) .L’appareillage est évoqué tant du point de vue préventif qu’en tant que traitement post chirurgical  ou qu’immobilisation strictement orthopédique.

 

Le même présentateur enchaîne avec une conférence d’enseignement sur son sujet de prédilection : « L’examen clinique du poignet ». Grand spécialiste en la matière, on ne compte plus ses publications sur le sujet. Redoutable débatteur, il a animé de nombreuses tables rondes et ses avis font autorité.

 

Suit une session de communications libres :

 

Dans son exposé « Quels sont les facteurs non médicaux qui peuvent  influencer et compliquer la reprise du travail après un accident de la main ? » M. KONZELMANN de Sion (Suisse) met l’accent sur les aspects psychologique et sociaux de la réinsertion professionnelle, tant pour le patient que pour l’employeur ou l’entreprise.

 

Madame C. BASSERY (Lausanne, Suisse)  nous parle de son expérience de la « Prise en charge précoce de la main brûlée ». Elle insistera sur le problème du maintien de l’ouverture de la première commissure. (orthèse ou embrochage trans-méracarpien).

 

Ces deux collègues suisses nous présenteront également un avant goût du Congrès des fédérations européennes de chirurgie (EFSST)  et de rééducation (EFSHT) de la main qui aura lieu à Lausanne en juin prochain.

 

La communication de B. MARTIN COCHER (Fontaine, France) parle de « Sauvé Kapandji et radio ulnaire inférieure » et donc des aspects mobilisateurs de la rééducation post -chirurgicale des lésions de cette articulation.

 

Les deux derniers exposés de cette session : «  La main traumatique en Afghanistan dans le Sud » G. PEGORARO (Castellanza, Italie) et « Les mains de Zagora, expérience humanitaire » M. BOUTAN (Biaritz, France) nous entraînent dans le monde des missions humanitaires et nous rappellent, superbes documents à l’appui, l’énorme différence de culture et surtout de moyens dans lesquels nos confrères de ces régions doivent travailler, leur courage et détermination ainsi que leur imagination et leur pragmatisme à surmonter tous ces obstacles suscitent une très vive émotion dans la salle.

 

A. BAIADA (Marseille, France), ancien président du GEMMSOR donne une superbe conférence sur le thème : « Main et arthrogrypose ». L’auteur est particulièrement au fait de cette redoutable affection pour laquelle il ne semble hélas exister que peu de solutions thérapeutiques.

 

La matinée se termine avec une série de communications libres notamment celles de J. CROS et A. BERTHE (Nice, France), qui concernent le port d’orthèse après chirurgie du canal carpien, rarement utilisées dans notre expérience.

 

De l’après-midi, nous retiendrons une intéressante table ronde sur « la rhizarthrose » et la superbe conférence de F. DEGEZ (Angers, France) : « Apprentissage sensori-moteur du geste professionnel vers un niveau d’évolution moteur supplémentaire. »

L’auteur nous brosse un lumineux tableau de la rééducation de base jusqu’à la réinsertion professionnelle de l’accidenté, en faisant appel à l’étude fonctionnelle du geste, depuis la prise des appuis et toute les chaînes employées pour son aboutissement. Il nous ouvre les portes d’une véritable philosophie de la rééducation……. On en redemande.

 

L’après midi devait se terminer  par quelques communications libres sur des sujets variés auxquelles, prié d’assister à une importante réunion, il ne nous a pas été possible d’assister.

 

En conclusion : ce Congrès de Paris fut une nouvelle fois une grande réussite, tant par le nombre de participants que par la qualité des communications présentées. N’oublions pas non plus l’exposition de matériel médical et chirurgical présentée en parallèle et qui rassemblait une centaine d’exposants dont la disponibilité fut tout à fait à la hauteur de l’évènement.

Ce Congrès reste un des points forts de l’année en la matière.

 

 

Jacques OTTHIERS.  
Centre de Chirurgie de la Main – CCM,

Clinique du Parc Léopold, Bruxelles