20 KM de Bruxelles  
Jogging et troubles locomoteurs...

 

Vincent Boland, Kinésithérapeute, qui s'intitule de façon imagée "garagiste humain", nous présente un DVD Vidéo (Format 16/9 - Pal - 22 min. - PCM stéréo) très intéressant et destiné à faire réfléchir tous les adeptes du jogging, et les pousser à mieux se préparer.

Ce DVD est disponible sur simple demande à l'auteur:

 

Vincent Boland
28 Av. Beau-Séjour
B 1180 Bruxelles, Belgique.
E-mail:  
boland.vincent@base.be

 

Vincent Boland est également l'auteur du livre "Logiques de pathologies orthopédiques en chaînes ascendantes et descendantes et la méthode exploratoire du Delta Pondéral" paru aux Editions Frison-Roche (Paris) en 1996, qui reste totalement d'actualité et où l'on peut retrouver toutes les bases théoriques et pratiques de son raisonnement illustré dans son DVD.



N’avez-vous jamais eu la chance d’emprunter une charrette de super marché dont une roue est mal alignée ?
Tout joggeur peut être confronté aux mêmes caprices de fonctionnement que cette foutue charrette.  Si, par exemple, un de ses pieds s’oriente plus en dehors que l’autre, c’est  l’ensemble du corps qui sera attiré dans cette direction. Attiré par ce pied tourné vers l’extérieur, le joggeur disposera de différents volants pour corriger sa trajectoire : les chevilles, les genoux et les hanches, le bassin, la colonne lombaire et dorsale, les épaules, les coudes et les poignets, la nuque et sa jonction avec la tête. Chacune de ces articulations contribuera, plus ou moins, à remettre le joggeur dans le droit chemin.
Pour repousser le sol derrière lui et aller de l’avant,  ses jambes, son bassin, son dos, ses épaules et ses bras vont donc devoir corriger continuellement sa trajectoire pour rester dans la bonne direction. Au plus  la charrette se remplira, au plus il aura besoin de se tordre pour la guider correctement.  Au plus le coureur sera lourd, au plus souffriront ses articulations, ses muscles et leurs tendons.
Les deux pieds étant orientés différemment, les deux membres inférieurs  ne feront pas les mêmes mouvements : les tibias pourront même tourner en sens opposés, un fémur plus en dedans, l’autre plus en dehors. Quant au bassin et aux épaules, il sera également fréquent de les voir tourner exagérément  provoquant un mécanisme de torsion s’exprimant tout le long de la colonne au rythme parfois saccadé des foulées.
Par analogie, si sa voiture présente un mauvais parallélisme des roues avant, son conducteur devra en permanence agir sur sa colonne de direction pour ne pas valser dans le décor.
Foutue charrette, foutue automobile... joggeur foutu ?
Devant freiner dans les pentes, le corps du joggeur sera soumis à des torsions articulaires d’autant plus fortes qu’il ne possède pas les forces musculaires appropriées pour contrôler son frein. Devant parfois « cravacher » pour monter les pentes, le corps du coureur devra mobiliser des forces musculaires analogues déséquilibrées pour repousser le sol derrière lui et monter en ligne droite.
Foutue automobile : troubles de géométrie du « train avant », problèmes de cardans, sollicitation anarchique de ses amortisseurs, usures asymétriques des pneus, jeu dans la colonne de direction…
Corrigeant en permanence cette trajectoire grâce aux différents volants dont il dispose, le coureur va commencer à souffrir, à se déglinguer, à  émettre de multiples petits bruits. Ces multiples petits bruits seront ses plaintes : musculaires et tendineuses, ostéo-articulaires des membres du bassin et du dos, du bruits des pavés qui résonne dans la tête, d’un souffle trop court, du cœur qui bat trop vite et trop fort…



Et à force de courir pour préparer une vie future qu’on lui prédit dès lors meilleure, il risque, au contraire, de développer un « indice de vétusté » parfois irréversible, indigne de son âge et de ses aspirations : Maux d’épaules, maux de nuque, souffrances vertébrales, dorsalgie, hernie discale, troubles sacro-iliaques, coxarthrose, gonarthrose ; arthrose fémoro-patellaire, périostite, tendinopathies, fractures de fatigue, syndrome de Morton, Hallux douloureux, souffrances cutanées des pieds,… déshydratation, perte de connaissance, infarctus…
« Mourir la belle affaire…Mais vieillir » (Jacques Brel).
 Les 20 kilomètres ! Certains y ont même laissé leur vie pour ce qui devait être  une fête.
  600 interventions de la croix rouge en 2008…


--------------------

A quoi bon courir et développer nos capacités cardio-pulmonaires... si quelques années plus tard,  le souffle, le cœur, la liberté de bouger et le moral subiront les conséquences des souffrances ortho- mécaniques, et de bien d’autres encore, résultant d’une absence de « contrôle technique », d’un mauvais indice d’octane diététique, d’un manque d’eau dans le radiateur, de pneus non adaptés à nos réalités individuelles, de la méconnaissance des bases fondamentales de fonctionnement de nos machines et de leurs limites individuelles…, de l’effet de groupe…, de cette foutue charrette qui nous fera souffrir et qu’un autre modèle… parfois remplacera.
Sport de masse et sports à l’école : médecine préventive ???

--------------------

Comment expliquer l’état de délabrement invraisemblable mais bien réel d’un grand nombre de participants aux 20 kilomètres de Bruxelles et d’où provient-il ?
Quel en sera le coût en terme humain et en terme de sécurité sociale ?
Que sont devenus les participants des années précédentes ?
Nous suggérons vivement à tous les (candidats) sportifs  d’effectuer  «un contrôle technique » avant de jogger dans les villes ou les campagnes et même, fréquenter les stades et les salles pour y pratiquer leurs  sports favoris.
 Nous continuons à soutenir cette merveilleuse organisation que sont les 20Km. Puisse notre démarche et ce DVD les aider à atteindre leurs objectifs en matière de santé publique.
                                                                                                                                 

© 2010 Vincent Boland